Idées

Master-franchise : importer un concept

2010-03-15T15:12:00+02:00

21.07.2010 mis à jour le 15.03.2010, 


imprimer

Century 21, Era Immobilier, Sign A Rama... Ces concepts d'origine étrangère ont été adaptés en France par le biais de la master-franchise.


Crédits photo : Shutterstock.com
Pour créer un réseau, il n'est pas obligatoire d'avoir une idée révolutionnaire : on peut aussi importer le concept d'une enseigne étrangère.

Pour créer un réseau, il n'est pas obligatoire d'avoir une idée révolutionnaire : on peut aussi importer le concept d'une enseigne étrangère. Le moyen le plus couramment utilisé est la master-franchise. Il s'agit d'un contrat liant le franchiseur initial à un master-franchisé, qui va devenir le représentant de l'enseigne dans un pays ou une zone déterminée et recruter lui-même ses franchisés.


Attitude de franchisé

En tant que franchisé de l'enseigne étrangère, le master-franchisé bénéficie d'un concept éprouvé, d'un savoir-faire et d'une assistance. Mais il doit aussi en assumer le coût : pour les réseaux de grande notoriété, le droit d'entrée peut se chiffrer en centaines de milliers d'euros ! Avant de s'engager sur un tel investissement, mieux vaut prendre le temps de vérifier attentivement tous les éléments contractuels, à la manière d'un franchisé classique : protection de la marque, durée du contrat, contenu de la formation... En poussant l'enquête plus loin : le franchiseur a-t-il déjà une expérience de franchise à l'international ? Le modèle économique est-il transposable dans le pays d'accueil ? Une étude de marché a-t-elle été réalisée ? Qui assurera la formation des franchisés ? Pour répondre à ces questions, il est indispensable de se rendre au siège du franchiseur et de visiter au moins un site franchisé. L'idéal étant de rencontrer également, s'il y en a, d'autres master-franchisés de l'enseigne.


Responsabilité de franchiseur

Le master-franchisé devenant à son tour franchiseur dans son pays, il doit passer par toutes les phases d'un lancement de réseau. Tout d'abord, il faut s'assurer de la validité du concept en créant deux sites pilotes, à ses propres frais ou avec une prise de participation du réseau étranger originel. De dix-huit mois à trois ans sont généralement nécessaires pour roder le concept et l'ajuster au contexte local. C'est seulement une fois la rentabilité du concept prouvée que le master-franchisé peut mettre au point les outils indispensables au développement du réseau : DIP (document d'information précontractuel), contrat, manuel opératoire... Pour ce faire, il doit adapter les documents originaux au droit national. Reste à recruter les premiers franchisés, une phase décisive : de leur réussite dépend la réputation de l'enseigne dans le pays pour de longues années ! Le droit d'entrée et les redevances sont répartis entre le master-franchisé et le franchiseur, selon des modalités à négocier au départ.


Profil expérimenté

Pour prendre le risque d'une master-franchise, le profil idéal est un chef d'entreprise expérimenté, possédant de bonnes connaissances de l'activité choisie et du marché local, ainsi que de véritables compétences commerciales et managériales. Attention : les échecs sont assez nombreux et très coûteux ! Mieux vaut donc disposer de solides capitaux et s'inscrire dans une démarche de développement de long terme.

Sommaire
Fiches pro APCE