Dossier

Créer son entreprise en franchise : les fondamentaux

2014-03-28T06:00:00+02:00

28.03.2014, 


imprimer

Futurs entrepreneurs, vous avez manqué Franchise Expo Paris (75) ? Pas de panique, la rédaction a assisté pour vous à « L’école de la franchise » et vous révèlent les points clefs de ce type d'entreprenariat.

Ouvrir sa franchise, les fondamentaux
Crédits photo : Shutterstock
Ouvrir sa franchise, les fondamentaux.

Avec 1 719 réseaux, 65 000 points de vente et un chiffre d’affaires cumulé de 47,4 milliards d’euros, la franchise est un acteur clef de l’entrepreneuriat en France. Si vous souhaitez rejoindre les 100 à 150 chefs d’entreprises qui se lancent en franchise chaque année, assurez-vous d’abord que ce type de contrat est taillé pour votre projet. Commerce intégré, associé ou organisé (franchise, licence de marque, location-gérance, concession, commission-affiliation, partenariat ou  encore coopérative) plusieurs formules s’offrent à vous. Parmi ces différents modes d’exploitation, la franchise, qui permet à un commerçant indépendant d’utiliser la marque d’une enseigne, fait partie des modes d'organisation les plus encadrés.

Qu’est-ce que la franchise ?

La franchise s’articule autour d’une marque, d’une structure et de satellites. Il s’agit d’un mode de fonctionnement vertical. Dans ce système, une entreprise concède à une autre le droit d’exploiter sa marque, son concept et son savoir-faire, en échange d’une redevance. « La franchise est la forme la plus aboutie de la collaboration contractuelle », a déclaré Rose-Marie Moins, responsable de la formation à la Fédération française de la franchise (FFF), à l’occasion du salon Franchise Expo qui s'est tenu à Paris du 23 au 26 mars derniers. « Le franchiseur vend un modèle qui fonctionne, qui a fait ses preuves au sein d’une agence pilote, poursuit Rose-Marie Moins. Il prend le temps de faire fonctionner son modèle, afin de vérifier sa rentabilité et propose donc aux indépendants un système clef en main. » La franchise, c’est donc la réitération d’un concept qui a fait ses preuves, d’un concept duplicable. Cependant, le succès rencontré par le concept ne garantit pas la réussite de l’entreprise du franchisé. « Il ne s’agit pas d’une  assurance tout risque, certes le réseau vous accompagne, mais c’est vous qui êtes le gestionnaire de votre point de vente », prévient Rose-Marie Moins. Le franchisé n’est pas à l’abri de l’échec.


Les fondamentaux du système

Dans un contrat de franchise, trois points majeurs doivent être contrôlés par le futur franchisé avant de s'engager dans un réseau.


1. Les signes de ralliement de la clientèle 

Cela englobe tout ce qui incite le client à se rendre sur le point de vente. Il s’agit de la marque (comme élément de notoriété), le concept architectural, les couleurs, le logo et tout ce qui permet au client de se sentir en pays de connaissance. Le franchisé est d'ailleurs tenu de se conformer au système d’identité visuelle permettant d’identifier le concept.


2. Le savoir-faire 

Le franchisé n’achète pas qu’une marque et un produit mais tout un ensemble de procédures qui le rend opérationnel sur un marché donné. Il s’agit d’un ensemble d’informations pratiques non brevetées ayant pour but d’améliorer la position concurrentielle de l’entrepreneur et de faciliter son insertion sur le marché. En général, ces méthodologies sont transmises au franchisé via un manuel opératoire détaillé.


3. L'accompagnement technique et commercial 

Ce dernier se déroule du montage du projet jusqu’à l’ouverture et se poursuit ensuite tout au long de la vie du contrat. Rose-Marie Moins souligne néanmoins qu’ « il ne s’agit pas d’assistanat », le franchisé étant un chef d’entreprise comme les autres.

Fiches pro APCE