Le monoproduit

Tendance : les nouveaux concepts basés sur un produit unique

2011-06-16T17:27:00+02:00

16.06.2011, 


imprimer

D’autres enseignes font le choix de se développer autour d’un produit fort, décliné à toutes les sauces. Attention cependant à l’effet de mode qui risque de s’épuiser sur le long terme.


Crédits photo : DR
100 Mondaditos

100 Mondaditos


L'exemple à suivre vient de l'autre côté des Pyrénées. 100 Mondaditos pèse aujourd'hui 175 établissements en Espagne et connait un succès toujours plus croissant. La base du concept repose sur… du pain. Avec 35 ingrédients d'inspiration méditerranéenne à disposition, l'enseigne propose plus de 100 sandwichs différents. Au-delà « du pain croustillant à l'extérieur et tendre à l'intérieur », le succès réside dans le prix défiant toute concurrence : 1 euro le sandwich et 1 euro la boisson. A ce prix-là, rien d'étonnant à ce que l'enseigne écoule plus de 750 000 hectolitres de bière sur une année. 100 Mondaditos joue également sur la transparence en préparant la commande devant le client. « Nous commençons notre développement en France, avec un premier restaurant à Perpignan. Pour mieux conquérir le marché hexagonal, nous avons procédé à quelques adaptations dans nos recettes », témoigne Mar Poblador, co-créatrice du concept. En 2010, Mondaditos a réalisé un chiffre d'affaires de 80 millions d'euros.



Crédits photo : DR
 Ankaa

Ankka


Sur le même modèle, Ankka joue la carte plus traditionnelle du salad bar à l'américaine. Alain Duquesne, fondateur de l'enseigne, estime que « la réussite d'Ankka réside dans les produits frais et la fabrication de salades sur mesure, à partir de 50 ingrédients différents ». L'enseigne s'adapte au mode de consommation des actifs qui disposent de 20 à 30 minutes pour déjeuner. Le ticket moyen est estimé entre 10 et 11 euros. L'enseigne dispose de 3 magasins dont 2 franchisés et souhaite investir Nice, Toulouse, Bordeaux, Nantes… Le concept Ankka nécessite une petite équipe avec un manager (le franchisé), un préparateur et un serveur.



Crédits photo : DR
Amélie Crêpes Factory

Amélie Crêpes Factory


Comme son nom l'indique Amélie Crêpes Factory met en avant La spécialité bretonne. Jérémie Thomas, le fondateur, assure « proposer une production artisanale, avec un produit de forte qualité. La spécificité de la crêpe est qu'elle peut être servie à tout moment de la journée. Ainsi, le chiffre d'affaires se fait à 50 % aux heures des repas et l'autre moitié en dehors. » L'enseigne souhaite s'installer dans les centres commerciaux et les zones de loisir. Afin d'enrichir son offre, Amélie Crêpes Factory dispose de 3 formats de vente : le kiosque dans un centre commercial pour vente à emporter, le restaurant rapide qui réalise vente à emporter et consommation sur place avec un plateau et le restaurant de 100 m² avec service à table. « Le réseau dispose d'une unité de production, ce qui permet aux franchisés de se concentrer sur la vente et la gestion du point de vente », explique Jérémie Thomas. Le chiffre d'affaires moyen d'un restaurant est de 610 000 euros. L'enseigne compte actuellement 3 franchisés et 3 succursalistes et espère atteindre 5 franchisés et 3 succursalistes d'ici 2012.

Sommaire
Dans ce secteur
Fiches pro APCE