Recrutement

Commerçants indépendants : les qualités exigées pour rejoindre une enseigne

2010-06-04T11:44:00+02:00

04.06.2010, 


imprimer

Pour passer sous enseigne, un indépendant déjà installé doit disposer d’un bon emplacement. Et surtout, être capable de changer ses méthodes de travail pour s’adapter au réseau.

Motivations franchisés
Crédits photo : Shutterstock.com
« Le tempérament est déterminant dans le processus de sélection »

Un état d’esprit compatible

« Le tempérament est déterminant dans le processus de sélection », explique Frédéric Moreno, directeur général du groupe Dessange International. Tout le monde n’a pas un état d’esprit en phase avec la vie de franchisé. « Le réseau va examiner la capacité de la personne à oublier ce qu’elle était et à aborder son métier différemment », explique Gilbert Mellinger, consultant en développement et structuration de réseaux au sein du cabinet Epac International.
Chez le numéro 1 français des jardineries, on appelle ça la « Jardiland compatibilité ». « L’entrepreneur va devoir abandonner beaucoup de son ego », admet Guilhem Porcheron, directeur général du groupe.


La capacité à changer ses méthodes de travail

« Le candidat est-il prêt à entendre des conseils ? A changer ses méthodes de travail ?... C’est ce que l’on cherche à déterminer », explique Cédric Lacout, directeur de Bars & Co (bars brasseries Au bureau, Café Leffe, Belgian Beer Café, Irish Corner). En somme, il s’agit d’être capable de mettre ses acquis de côté. « Cela ne concerne pas seulement les techniques de coloration et de soins », déclare Frédéric Moreno. « Dessange, c’est une qualité de service, un accueil, une attitude, une compréhension du client et des gestes spécifiques à l’enseigne », clame-t-il. Et Cédric Lacout d’enfoncer le clou : « si l’on détecte une résistance au changement trop importante, c’est que la personne n’est pas faite pour la franchise. »


Le local et l’emplacement

Un minimum de 70 places assises en centre ville avec une terrasse extérieure pour le groupe La Boucherie, des magasins leaders sur leur zone géographique avec une notoriété existante chez Jardiland, un salon de coiffure placé en cœur de ville dans une zone de chalandise de 30 000 habitants minimum pour passer sous enseigne Camille Albane… Chaque réseau dispose de ses propres critères pour sélectionner les indépendants susceptibles d’entrer dans son giron. « Nous allons sur le terrain valider le local et l’emplacement avant de mener une étude de faisabilité pour déterminer si le restaurateur va pouvoir augmenter son chiffre d’affaires », complète Cédric Lacout.


Christophe Mauxion, La Boucherie
Crédits photo : Shutterstock.com
Christophe Mauxion, directeur général du groupe La Boucherie

Le sens de l’accueil

« La capacité à accueillir et à bien servir le client est un point auquel nous sommes très attentifs », indique Christophe Mauxion, directeur général du groupe La Boucherie. Sourire, amabilité, disponibilité… sont autant de qualités évaluées sur le terrain. « Nos développeurs visitent l’établissement en clients mystères avant le premier rendez-vous avec le gérant », explique-t-il.


La réputation locale

Le réseau immobilier Orpi, organisé en coopérative, a mis en place une méthode de recrutement originale. Toute candidature présentée par un agent indépendant désireux de rallier l’enseigne va être soumise à l’approbation des membres installés sur le périmètre géographique. « Les agents locaux Orpi vont rencontrer le postulant et procéder à un vote pour valider ou non son intégration », explique Arnauld Villard, directeur animation réseau. « Si le candidat traîne une mauvaise réputation au niveau local, il ne sera pas accepté dans le réseau », poursuit-il.
 


La solution des groupements coopératifs
A l’instar d’Orpi, plus d’une centaine d’enseignes sont organisées en groupements coopératifs. Très présents dans l’optique et l’alimentaire, ces réseaux sont contrôlés par les commerçants indépendants du réseau eux-mêmes, propriétaires des points de vente, et qui se sont associés au sein d’un groupement de commerçants pour disposer d’outils communs (achats, enseigne, opérations commerciales).

Sommaire
Fiches pro APCE