Interview

L. Allocio (CCIMP) : « Les grandes enseignes jouent un rôle moteur »

2012-11-27T08:46:00+02:00

27.11.2012, 


imprimer

Aix-en-Provence attire de nombreux entrepreneurs en provenance de toute la France et de l'étranger. Vice-président de la Chambre du commerce et de l'industrie Marseille Provence (CCIMP) délégué à la mission territoire d'Aix-en-Provence, Louis Aloccio explique les atouts et spécificités de la ville.

Louis Aloccio
Crédits photo : Droits Réservés
Louis Aloccio, vice-président de la CCIMP délégué à la mission territoire d'Aix-en-Provence

Quel est le principal atout du territoire ?

L’attractivité du territoire aixois est fortement liée à la richesse de son patrimoine et de sa culture. A cela s’ajoute l’héliotropisme. La qualité du cadre de vie compte beaucoup dans les décisions d’implantation des entreprises. Les chiffres sont d’ailleurs très positifs : de 2000 à 2008, la croissance de l’emploi a augmenté de 3,9 % par an en moyenne. En 2010, malgré la crise, il progressait de 1,5 %. Aussi, le taux de chômage est en dessous de la moyenne nationale et départementale.


Quels sont les secteurs porteurs ?

L’orientation de l’activité économique s’est portée vers le haut de gamme, véritable signature du Pays d’Aix. Une très grande offre de services aux entreprises s’est concentrée, notamment à Cadarache, avec le projet scientifique international Iter, et à Rousset. Pas moins de 24 % de l’économie est constituée d’emplois à haute valeur ajoutée.
A côté, le commerce représente 20 % de l’emploi. Les grandes enseignes, en franchise notamment, jouent un rôle moteur dans l’économie du centre-ville. C’est un phénomène récent. La requalification du centre-ville n’est pas étrangère à ce nouveau dynamisme commercial. La double logique de parkings en centre-ville et de parkings relais en périphérie a permis son développement : il y a toute une population qui vient à Aix-en-Provence et qui ne venait pas avant.


Quels sont les enjeux futurs ?

Le plein potentiel du secteur touristique n’est pas encore atteint, bien que fortement développé. La demande ne vient pas seulement d’Aix-en-Provence mais aussi des alentours. En quatre ans, le nombre de croisiéristes débarquant à Marseille est passé de 200 000 à 800 000. La ville doit continuer à renforcer son offre pour les attirer. Pour les autres secteurs, le seul frein notable à l’attractivité est la capacité à se loger : les loyers sont très onéreux. Mais le Schéma de cohésion territorial (Scot) s’attache à résoudre ce problème.


Quelles sont les aides mises en place ?

Bien qu’il n’y ait pas de dispositifs d’aide qui soient exclusivement dédiés aux commerces, le territoire aixois dispose de structures qui accompagnent les entreprises dans leurs implantations. L’agence de développement économique Pays d’Aix Développement (PAD) s’est donnée pour mission d’informer les sociétés sur l’environnement économique. Provence Promotion travaille également sur ce point-là, mais à l’échelle de tout le département.

PAD, interlocuteur des entreprises

Créé en 1994, Pays d’Aix Développement est financé par la ville et la Communauté du Pays d’Aix. Cette agence de développement fournit aux entreprises des renseignements pour réussir leur implantation, et les met en contact avec les décideurs locaux et les milieux économiques. Elle accompagne les sociétés dans le montage financier de leur projet et sollicite des aides locales, nationales et européennes. PAD gère également le « dispositif d’amorçage de Provence », qui propose un prêt à taux zéro pour un montant pouvant atteindre 40 000 euros.

Fiches pro APCE