24h avec un franchisé Monceau Fleurs

20.10.2011, Fabrice Michelier

imprimer

Un multi-franchisé reconnu par ses pairs


Fabrice Michelier
Jean-Marc Donce vient de recevoir le Ruban d'Argent décerné par la FFF. 

Après avoir été franchisé dans la grande distribution, directeur des achats chez Fauchon et fondateur d’un site internet de vente de mets haut de gamme, Jean-Marc Donce dirige aujourd’hui 4 magasins Monceau Fleurs. Fort de ses différentes expériences, le « mariage » avec le réseau sonne comme une évidence. Une suite logique pour cet homme de 56 ans qui aspire à « être sur le terrain ». Il ouvre son premier magasin en 2004, à Saint-Germain-en-Laye et le second 6 mois plus tard, jusqu’au quatrième en avril 2009. Il possède ainsi les points de vente de Saint-Germain-en-Laye, Le Vésinet, Saint-Cloud et Boulogne-Billancourt. Un rythme effréné pour celui qui se présente comme « un investisseur-gestionnaire ».


Un franchisé récompensé pour son travail

« Je ne suis pas fleuriste. Je m’entoure de professionnels. C’est chacun son métier. J’ai un mode de management particulier. Mais c’est toujours gagnant-gagnant », prévient-il. Une méthode saluée. En 2007, il obtient le trophée de meilleur franchisé, décerné par l’IREF et, cette année, la Fédération française de la franchise lui a attribué le Ruban d’argent. Il faut préciser que Jean-Marc Donce ne compte pas ses heures. Présent dès 7h30 à Saint-Germain-en-Laye, il procède à l’ouverture du rideau. Proche de ses équipes, il n’hésite pas à trier les fleurs, nettoyer les sols ou réorganiser ses points de vente. Tous les jours, il passe dans chacun de ses magasins. L’occasion d’échanger avec les responsables. Sur la route, entre deux boutiques, il scrute d’éventuels emplacements pour, pourquoi pas, ouvrir un nouveau point de vente.

Son « tour du propriétaire » se termine vers 15h. Place ensuite aux formalités administratives. La journée s’achève avec la fermeture de boutique de Saint-Germain. En s’accordant uniquement le dimanche après-midi de repos, Jean-Marc prend des congés uniquement l’été, sans pour autant lâcher son téléphone « je reste en contact avec mes boutiques, afin de connaître les chiffres au jour le jour », conclut-il.

Pour en savoir plus sur la multi-franchise, consultez notre dossier :Comment réussir son développement en multi-franchise

Fiches pro APCE