Profils

La grande distribution reste le fer de lance de la franchise

2009-02-26T12:17:00+02:00

26.02.2009, 


imprimer

Avec un chiffre d’affaires 30 à 40 % plus élevé, les entrepreneurs de la grande distribution ont tout intérêt à rentrer en franchise. Sens de l’organisation et management sont nécessaires.

La grande distribution
Crédits photo : Getty Images
Plus de 40% des réseaux de franchise viennent de la grande distribution.

Un secteur très prisé

En 2008 encore, la grande distribution s'est affirmée comme le poids lourd de la franchise : elle pèse plus de 40 % des réseaux. Les enseignes d'équipement de la personne continuent de fleurir : 298 en 2008 contre 257 en 2007, soit 7 709 franchisés (6 507 en 2007). L'alimentaire enregistre une croissance plus que molle : 94 enseignes en 2008, soit deux de plus seulement qu'en 2007. Côté franchisés, 548 magasins ont ouvert leurs portes en 2008 pour atteindre un parc de 7448 grandes surfaces. Quant à l'équipement de la maison, il progresse tout aussi fortement, avec 117 réseaux, contre 99 l'année précédente, et 4 218 points de vente.

Jean-Loup et Patricia Riaux font partie des quelque 500 entrepreneurs à avoir monté leur propre affaire dans le secteur de l'équipement de la maison l'an dernier. Anciens chef magasinier et vendeuse, ils ont opté pour la franchise Bazarland : « Nous n'aurions pas pu monter le magasin tous seuls, affirme Patricia Riaux. Nous avons reçu une formation informatique et avons un "parrain" qui vient nous aider sur place. Il nous montre comment agencer les produits par famille et mettre en valeur les 10 000 articles référencés. » Cette assistance ne se fait évidemment pas sans contrepartie.


Les contraintes de la franchise

Les franchisés de la grande distribution sont généralement contraints de sélectionner la totalité ou presque de leurs produits dans un catalogue. « Nous sommes assez libres de nos choix, se défend Patricia Riaux. Quand nous voulons référencer un producteur local, à nous de négocier avec la centrale. » Et bien sûr, ils doivent reverser une partie de leur chiffre d'affaires au franchiseur. Mais le résultat est à la hauteur de l'apport demandé (200 000 euros pour Bazarland), la grande distribution se classant parmi les secteurs les plus rentables pour les franchisés. En effet, le chiffre d'affaires y est 30 à 40 % plus élevé en franchise qu'en indépendant.


Des profils variés

Mener les hommes, manier les chiffres. S'il est un secteur qui demande de l'organisation, c'est bien la grande distribution. Bricolage, bureautique, sport... Le type d'activité importe peu au final si le chef d'entreprise sait gérer des milliers de références et diriger ses équipes. Veti, qui projette d'ouvrir une centaine de magasins d’ici à 2012, en a fait sa politique. Lorsque l'enseigne textile des Mousquetaires recrute de nouveaux franchisés, elle se penche en premier lieu sur leurs qualités de manager. « Les franchisés ne choisissent pas 90 % des collections. Peu importe qu'ils soient issus du textile », confirme Patricia Cormon, coordinatrice développement humain de l'enseigne. « L'essentiel est qu'ils soient capables d'appliquer la politique commerciale de Veti », précise François Beugnard, responsable recrutement. Et pour cela, rien de mieux que des profils issus de la grande distribution.

Question qualification, pas besoin d'être cadre. Les enseignes n'hésitent pas à recruter des chefs de rayon pourvu qu'ils sachent montrer leur motivation et leurs aptitudes. « Nous savons aussi intégrer des profils venant d'horizons très divers. Chez les Mousquetaires, on rencontre d'anciens avocats, notaires et même fonctionnaires de police. C'est cette mixité qui fait la force du groupe », poursuit François Beugnard. Si l'âge n'est pas un critère en tant que tel, le montant de l'apport (de l'ordre de 80 000 euros) et la maturité que réclame la fonction écartent de fait les moins de 30 ans.

Sommaire
Dans ce secteur
Fiches pro APCE