Evolution

Hypermarché : le défi de la modernisation

2009-05-11T16:59:00+02:00

26.02.2009 mis à jour le 11.05.2009, 


imprimer

Si l’e-commerce représente 16 milliards d’euros, il est encore marginal face aux 90,2 milliards des hypermarchés. Mais attention ces commerces n’ont plus le monopole.


Crédits photo : Shutterstock
Les ventes sur Internet ont atteint 16 milliards d'euros en 2007.

Un format de distribution toujours imposant

Les temps sont durs pour l’hypermarché. Certes, le format phare de la distribution (Carrefour, Auchan, Leclerc, Système U...) réalise encore à lui seul 90,2 milliards d'euros, soit plus de la moitié du secteur de la grande distribution, et dix fois plus que les supermarchés. Mais le temple de la consommation né des Trente glorieuses est attaqué sur tous les fronts.


L’essor de la grande distribution spécialisée

Sur la partie non-alimentaire, son principal adversaire est le développement de la grande distribution spécialisée, qui représente 42,3 % du marché, contre 13,2 % pour les hypers en 2006. D'après le Fédération du commerce et de la distribution, les 4 250 grandes surfaces sport comme Décathlon, Intersport ou Go Sport réalisent près de 7 milliards d'euros de chiffre d’affaire. Plus nombreuses encore, les enseignes d'habillement comme Veti, Kiabi et La Halle ! représentent plus de 10 500 points de vente pour un chiffre d'affaires de 11,3 milliards d'euros. Enfin, les grandes surfaces d'équipement de la personne et de la maison (Darty, Ikéa, Leroy Merlin...) flirtent avec les 22 000 magasins pour un chiffre d'affaires de 47 milliards d'euros. Côté alimentaire, la concurrence des hard discounters (14,3 % des parts de marché) qui semblait s'apaiser a été relancée par la loi de modernisation de l'économie qui va faciliter l'implantation de nouvelles surfaces.


Le e-commerce promis à un bel avenir

Phénomène plus récent mais tout aussi menaçant : l'explosion du commerce en ligne. D'après la Fédération du e-commerce et de la vente à distance, les ventes sur Internet ont atteint 16 milliards d'euros en 2007, soit une croissance de 34 % par rapport à 2006. « Les grandes enseignes ont souvent eu du retard à l'allumage, souligne Philippe Moati, directeur du Credoc. Mais si elles se montrent capables d'innover, elles pourront prendre part à la fête, comme Casino avec Cdiscount. » Le site de biens culturels et high tech a en effet réalisé, en 2007, un chiffre d'affaires de 550 millions de chiffre d'affaires.

Sommaire
Dans ce secteur
Fiches pro APCE