Analyse

Economie verte : la révolution est en marche

2009-10-01T16:40:00+02:00

01.10.2009, 


imprimer

Les réseaux s’engagent dans le développement durable. La croissance verte s’annonce comme un remarquable gisement d’emplois.

Economie verte
Crédits photo : Getty Images
L'économie verte est l'affaire de tous

Place dans l’économie générale : 600 000 emplois créés d’ici à 2020

Tous les analystes sont d’accord : la véritable solution à la crise ne peut passer que par de lourds programmes d’investissement dans le secteur des technologies développement durable. La France investit 45 milliards d’euros dans la croissance verte via son plan de relance (soit 35 % du plan) d’ici 2020. Le Grenelle de l’environnement a fixé les objectifs, développé des domaines d’action et préconisé un mode opératoire : 273 engagements pour faire évoluer les secteurs des transports, du bâtiment, de l’énergie... En outre, 105 milliards d’euros seront investis sur 10 ans par l’Union Européenne. Le ministère de l’écologie a dépêché une évaluation des effets du Grenelle sur l’emploi. Cette étude réalisée par le Boston Consulting Group (BCG) a conclu à un potentiel de 600 000 emplois en moyenne sur une période de 12 ans (2009-2020) dans les nouveaux métiers et dans les secteurs reconvertis à la croissance verte. Il a ainsi été évalué que l’amélioration des performances techniques dans le bâtiment représentait un potentiel de 300 000 emplois, les évolutions liées aux modes de transports 249 000. L’activité économique générée par le Grenelle de l’environnement montera progressivement en puissance, selon les secteurs d’activité. Pour les transports, il est ainsi prévu un pic d’activité en 2018. La création des emplois accompagnera cette montée en puissance.


Consommation : 2 français sur 3, pas incités financièrement

Une révolution doit aussi accompagner les modes de consommation. La prise de conscience des citoyens se fait progressivement. Une étude réalisée par TNS Sofres, en juin 2009 sur les perceptions et les comportements des Français en matière de maîtrise de l’énergie, révèle que 96 % des Français déclarent réaliser des gestes simples pour préserver l’environnement. Mais ils ne sont pas prêts à en payer le prix et à investir sur le long terme.


Des réseaux de plus en plus verts

En attendant le réveil des consommateurs français face à la catastrophe écologique annoncée, les réseaux sont de plus en plus sensibles aux problématiques du développement durable. 17 % des réseaux reposent entièrement sur des concepts nés du développement durable. 44 % ont mis en place des protocoles de respect de l’environnement. 43 % font reposer sur le développement durable une partie de leurs produits ou de leurs services. 39 % ont intégré leurs démarches en faveur du développement durable dans leur stratégie de communication.15 % ont mis en place une charte de développement durable dans leur entreprise. Au total, ce sont 66 % des réseaux qui s’engagent sur au moins une de ces directions. Parmi les 34 % restants, 40 % veulent s’engager dans les deux ans qui viennent. 

Dans ce secteur
Fiches pro APCE