Profils

Cosmétique et parfumerie : royaume des femmes et du bon goût

2011-07-11T10:00:00+02:00

30.03.2009 mis à jour le 11.07.2011, 


imprimer

Le franchisé en cosmétique parfumerie doit nécessairement avoir un profil commercial, le sens du contact et une sensibilité au secteur. Les hommes sont avertis !

Profil féminin dans la franchise cosmétique
Crédits photo : Getty Images
Pour vendre efficacement un produit, rien ne vaut l’expérience personnelle et une sensibilité à l’univers de la beauté.

Compétences requises

Les qualités recherchées sont surtout le sens du commerce et un bon relationnel, ainsi que le contact avec les clients, primordial comme dans tous les métiers de vente. Il faut également maîtriser la gestion, en raison d'un stock important, en valeur et en quantité, dans les parfumeries ou les magasins de cosmétiques. Le management n'est pas à négliger puisque trois à cinq personnes sont à encadrer selon les enseignes.


Origines professionnelles

Pour travailler dans la cosmétique parfumerie, il n'est pas nécessaire d'être issu de l'univers de la beauté ou diplômée d'une école spécialisée. Le secteur demande toutefois une sensibilité spécifique, des notions sur l'esthétisme et le bon goût. Les profils les plus appréciés demeurent les cadres, les commerciaux en cosmétique ou les anciens salariés dans le domaine des ressources humaines.


Affinités / sensibilités personnelles

A travers leur connaissance et l'utilisation quotidienne des produits, les femmes ont de meilleures dispositions à s'orienter dans le domaine de la cosmétique parfumerie. Pour vendre efficacement un produit, rien ne vaut l'expérience personnelle et une sensibilité pragmatique à l'univers de la beauté.


Apports personnels

Souvent conséquent, l'apport personnel minimum pour lancer un magasin de parfumerie et cosmétiques avoisine, la plupart du temps, les 120 000 euros (excepté le réseau Yves Rocher : environ 60 000 euros). Ce montant élevé s'explique par la valeur du stock et le prix de l'emplacement (en centre-ville ou dans des centres commerciaux). De plus, ces magasins exigent une superficie relativement vaste (120 à 150 m² en moyenne), afin de transmettre une atmosphère de bien-être et de calme. Néanmoins, un nouveau format de magasin plus petit commence à se répandre sur le marché de la beauté. A travers cette réduction de surface, les enseignes espèrent gagner des parts de marché et réduire l'investissement (15 000 euros pour Aphibio et 10 000 euros pour Les Naturelles, par exemple).


 

Sommaire
Dans ce secteur
Fiches pro APCE