Analyse

Cosmétique et parfumerie en franchise : un parc puissant qui reprend des couleurs

2011-07-11T08:00:00+02:00

27.02.2009 mis à jour le 11.07.2011, 


imprimer

Avec seulement une dizaine de réseaux, la cosmétique parfumerie est encore marginale en franchise. Le point sur les différentes formes de réseaux du secteur.

Parfumerie
Crédits photo : Getty Images
Après avoir consolidé leur parc, les réseaux de cosmétique parfumerie nourrissent à nouveaux des objectifs de développement soutenus.

Part des réseaux dans le secteur parfumerie/ cosmétique

Deux grandes enseignes se partagent plus de la moitié du marché des cosmétiques, en France : Marionnaud et Sephora, avec respectivement 24, 4 % (266 points de vente) et 27 % (567 magasins) de parts de marché. Leurs principaux challengers sont Nocibé (16,7 %), Douglas (7 %) et Beauty Success (7 %)1.
Il y a actuellement plus de 10 réseaux de cosmétique en franchise et plus de 800 points de vente franchisés.
Dans la parfumerie sélective, le parc qui avait montré quelques faiblesses en 2008, affiche une progression et des ambitions d'expansion accentuées. Beauty Success, dont plus de 80 % des 268 magasins sont franchisés, a progressé de 26 points de vente en 2010 (contre 4 en 2008). Après avoir vu son parc reculer de 14 magasins en 2008, Yves Rocher (32,62 % de points de vente franchisés) a ouvert 17 unités en 2010 (dont 7 exploitées en franchise). Par ailleurs, le réseau qui possède aujourd'hui 561 points de vente en France, envisage d'atteindre les 600 instituts d'ici 2013.
Le principal frein au développement des réseaux de parfumerie et cosmétiques vient du montant très élevé de l'investissement initial (pour Beauty Success par exemple, l'investissement global est de 400 000 euros HT). Ce prix s'explique par la valeur du stock et le budget alloué de l'emplacement du magasin.


Formes des réseaux

Les deux grands leaders du marché, Sephora et Marionnaud, sont des enseignes succursalistes et non franchisées. Cependant, les autres grands noms du secteur sont soit en franchise, soit mixtes, comme Yves Rocher qui possède 6,41 % de succursales, 60,95 % de gérance libre et 32,62 % de magasins franchisés.
Beauty Success est le n°1 de la franchise dans le secteur de la parfumerie et des cosmétiques, avec 190 magasins franchisés sur les 270 de l'enseigne. Cas à part sur le secteur, Passion Beauté est une coopérative organisée en groupement. L'intérêt de cette forme de réseau, c'est que les parfumeurs sont actionnaires et possèdent un pouvoir de décision sur les activités du réseau : l'entreprise adopte la politique « un homme = une voix ». Après une régression de son parc entre 2005 et 2008 (196 points de vente à 170), la coopérative repart à la conquête des parts de marché en se développant dans les centres commerciaux. Une stratégie payante, puisque le réseau a réalisé 12 ouvertures en franchise en 2010.
Les enseignes de franchise se développent depuis peu sous des formats de magasins plus petits. Cela leur permet de s'implanter dans des zones encore non exploitées, comme les petites villes. Yves Rocher avec son « Atelier Végétal » affiche une progression de son activité de l'ordre de 10 à 15 % (l'ensemble du parc sera convertit sous ce nouveau format d'ici 2014). Beauty Success a lancé le concept de magasin « La Boutique », compatible avec les villes de moins de 10 000 habitants.
Voici quelques marques de cosmétiques à ne pas perdre de vue : Korres, marque d'origine grecque, compte 2 points de vente en France depuis son implantation, en 2008. Kiko, enseigne italienne, a ouvert sa première unité en 2010 et compte à ce jour, 3 points de vente sur le territoire.


Fonctionnement des réseaux

Les grandes enseignes ont créé des centres de formation interne : l'école Beauty Success en 1999, l'institut de formation interne de Nocibé en 2001 ou encore la « Séphora University » en 2008, qui sélectionne les salariés candidats au fort potentiel.


___________________
(1) Source : Cosmetic Valley, Cosmétique Mag.
 

Sommaire
Dans ce secteur
Fiches pro APCE