Métier

Vendeur en concession : un métier commercial avant tout

2009-05-05T10:23:00+02:00

30.04.2009 mis à jour le 05.05.2009, 


imprimer

Si le métier jouit d’une bonne image, les impératifs de vente priment souvent sur l’amour de la belle mécanique.

Vendeur en concession automobile
Crédits photo : Getty Images
L’amour de la vente prime sur celui du secteur automobile, de plus en plus facultatif.

Cœur du métier : l’amour de la vente

Le vendeur en concession automobile est chargé de développer les ventes et de fidéliser la clientèle. Pour forger ce contact avec le consommateur, une formation commerciale est la bienvenue. Plus qu’un diplôme spécifique, il vous faudra faire vos preuves et montrer que vous avez une bonne argumentation et un sens aigu de la vente. Une première expérience est souvent demandée, les stages sont une bonne entrée en matière pour connaître le milieu.
L’amour de la vente prime sur celui du secteur automobile, de plus en plus facultatif. Les grands constructeurs français comme Peugeot-Citroën et Renault ont leur propre école de vente pour former leurs salariés. L’Université Peugeot du Commerce (créée en partenariat avec ESSEC Management Education) est réservée aux collaborateurs en poste depuis plus d’un an. C’est un métier à forte pression : chaque mois le compteur des ventes est remis à zéro et le chef des ventes fixe un nouvel objectif à ses vendeurs, définit en fonction du potentiel de chacun, de son expérience et de son secteur géographique. Des avantages en découlent : de nombreuses primes, la possibilité de percevoir de très bons salaires grâce aux services annexes (crédits, contrats d'entretien...) et parfois une voiture de démonstration.


Particularités : savoir gérer sa vie de famille

Devenir technicien en centre auto ou vendeur chez un concessionnaire nécessite un investissement en termes de projet de vie assez important, vendeurs et réparateurs travaillant le samedi. Autant dire qu’il ne faut pas compter ses heures et qu’il faut savoir gérer le temps passé avec sa famille.


Auto-moto : concurrence entre sous-secteurs

Location, marché extrêmement concurrentiel :

En 2007, 6,1% des français ont loué une voiture (soit 2,85 millions de personne), alors qu’un tiers s’affirme prêt à opter pour cette solution et à délaisser leur voiture. Depuis trois ans, le nombre d’entreprises présentes sur le marché de la location courte et longue durée ne cesse d’augmenter (Ucar Location, Ada, Sixt…) On en totalisait 2740 pour 6760 implantations à fin 20071. Cette année-là, un client sur cinq louait pour la première fois !


 Lavage auto :

le marché reste très porteur malgré la forte concurrence. Le lavage haute pression représente 60 % du marché. Les centres de lavage automobile demandent un apport financier lourd et le retour sur investissement est loin d’être immédiat.


Entretien et réparation automobile :

l’entretien et la réparation ont généré 21,5 milliards d’euros en 2007 (hausse de 2,6% par rapport à 2006)2. Le sous-secteur regroupe 33 140 entreprises pour 37 330 établissements. Face aux technologies innovantes, les consommateurs sont de plus en plus dépendants des réseaux pour la moindre réparation automobile. Chaque année, 52 millions d’interventions sont effectuées. Le parc automobile français vieillissant (une voiture a en moyenne 8,2 ans aujourd’hui), les réparations se font de plus en plus fréquentes, une aubaine pour le marché dans ce contexte morose.


Vitrage :

ce secteur est en pleine croissance depuis quelques années, avec + 15,77% en 2005 et 13,25 en 2006. 2007 a été marqué par un net affaiblissement du secteur avec seulement 3,13 % de croissance. Une diminution qui s’explique par la montée de la concurrence. Autrefois, seuls quelques réseaux étaient spécialisés dans le vitrage (Carglass, A+ Glass, Mondial Pare-Brise, France Pare-Brise). Désormais, les enseignes généralistes arrivent sur le marché, comme Speedy qui vise les 10 % de parts de marché en 2013.

 _____________________
1 Rapport de branche du Centre d'études des services de l'automobile (CESA)
2 Conseil des Constructeurs Français d’Automobile

Sommaire
Dans ce secteur
Fiches pro APCE