Vidéo

G. Mellinger (EPAC) : « Devenir franchiseur, c’est apprendre un nouveau métier »

2013-03-29T18:08:00+02:0029.03.2013, 


imprimer

Le succès d’un réseau de franchise dépend non seulement des entrepreneurs qui le composent mais aussi de la force du concept initial. Il y a donc quelques précautions à prendre avant de déployer ses points de vente. Interview vidéo de Gilbert Mellinger, PDG du cabinet de conseil EPAC.

La principale vérification à faire avant de devenir franchiseur est de confirmer la rentabilité de son entreprise. Pour assurer le succès de son développement, il est nécessaire que le concept à dupliquer soit viable. « L’enseigne doit avoir exploité le concept pendant un temps suffisamment long pour faire la démonstration économique de sa rentabilité », explique Gilbert Mellinger, PDG du cabinet de conseil EPAC. L’ouverture d’un ou plusieurs points de vente « pilotes » doit permettre de faire ce test et de faire vivre la marque.

Investissements préalables

Le franchiseur doit aussi être conscient que des investissements vont être nécessaires pour lancer son réseau. « Il faut compter 12 à 15 mois de dépenses avant la première rentrée d’argent. En tout, les sommes oscillent entre 80 000 et 100 000 euros », note Gilbert Mellinger. Ces investissements couvrent l’exploitation du pilote et les besoins en communication pour faire connaître son enseigne auprès des candidats à la franchise.

En dehors de ces paramètres concrets, devenir franchiseur est aussi un état d’esprit. « C’est d’abord apprendre un nouveau métier. Il ne s’agit pas de s’arrêter à la duplication du concept original », prévient Gilbert Mellinger.

Vidéo tournée au Salon des Entrepreneurs de Paris 2013