Portrait

Florian Benoit, entrepreneur à 18 ans, franchiseur à 23

2013-11-05T06:00:00+02:0005.11.2013, 


imprimer

A seulement 18 ans il crée CosmétiCar, un concept de lavage automobile sans eau. A 23 ans, il le lance en licence de marque. Florian Benoit est aujourd’hui à la tête d’un réseau de 35 adhérents en France et en Espagne.


Crédits photo : Droits réservés
A 27 ans, Florian Benoit est à la tête d'un réseau de 35 adhérents.

Florian Benoit a plus d'adhérents dans son réseau que de nombre d’années à son compteur. Pour cause, ce serial entrepreneur a commencé tôt : à 18 ans il crée un concept de lavage auto sans eau, à Fos-sur-Mer, près de Marseille. A 23 ans, il le lance en licence de marque. Cinq ans plus tard, son ambition ne s’est pas tarie.

Entrepreneur dès la première heure

« A l’école je m’ennuyais et, arrivé au bac, je savais que je ne ferai pas de longues études. Je voulais être autonome », confie Florian Benoit. Avant même de terminer le lycée, il lance une première affaire de vente de t-shirts publicitaires. « Cela n’a pas marché, mais c’était une excellente première expérience », raconte le jeune franchiseur, qui n’attend pas pour rebondir et créer, à 18 ans, CosmétiCar. Le concept ? Laver des véhicules à l’aide de produits biodégradables, sans utiliser d’eau. Un procédé qui est venu par la force des choses : « nous n’avions ni alimentation électrique ni point d’eau », explique simplement Florian Benoit. Ce qui était au début un obstacle s’est finalement transformé en aubaine, puisque l’idée a séduit et CosmétiCar, grandi.


Franchiseur à temps plein

A l’époque, le jeune entrepreneur ne connaît pas encore la licence de marque comme mode d’organisation. Il le découvre par hasard, en créant son premier site internet, sur lequel il promeut son concept pour capter de nouveaux clients. « Des personnes proches de chez moi se sont intéressées au concept et m’ont demandé des conseils de savoir-faire. Au bout d’un moment, j’ai arrêté de répondre bénévolement et j’ai lancé ma première licence de marque, en Corse. »

Aujourd’hui, le fondateur de CosmétiCar exerce la fonction de franchiseur à temps plein. « Au début, c’était difficile à cause de mon jeune âge. Auprès des banques par exemple, j’ai toujours essayé de paraître plus vieux pour être crédible. Et, au salon Franchise Expo, on me regardait avec méfiance », se souvient-il. Les candidats, eux, n’ont pas montré tant de suspicion : le réseau reçoit tous les mois entre 100 et 200 demandes d’information.


Un développement en réseau

Le jeune dirigeant a choisi de développer son réseau majoritairement en licence de marque car il « aime davantage traiter avec des profils entrepreneurs qu’avec des profils salariés ». Mais, de façon générale, il n’existe pas de candidat-type. « Les adhérents CosmétiCar ont 30 ans en moyenne, mais les écarts sont grands : le plus jeune a 22 ans et le plus âgé est cinquantenaire. Surtout, les profils sont variés », détaille Florian Benoit.

Malgré quelques erreurs de recrutement qu’il reconnaît sans ambages, Florian Benoit a tiré des leçons et aspire toujours à accroître son réseau grâce à la licence de marque. « Aujourd’hui, nous avons 35 agences en licence de marque en France et en Espagne. D’ici deux ans, j’espère en compter le double. »

Jennifer Matas