Tribune libre

Êtes-vous prêt à devenir un franchisé ?

2018-01-21T09:36:00+02:0021.01.2018, 


imprimer

Devenir son propre patron est le rêve de bon nombre de Français, surtout parmi les Milléniaux. Cependant, il faut le devenir pour de bonnes raisons, en analysant en soi d’où vient cette envie. Les conseils de Cédric Giacinti, Directeur France et Belgique de Subway®. 


Crédits photo : shutterstock.com

Est-ce lié à un cheminement lent dans l’inconscient ou à un incident de parcours ? Mieux vaut ne pas se mettre à son compte pour se venger d’un patron, d’un manager ou d’un prof. Ce serait un mauvais départ.

Développer une activité commerçante demande beaucoup de discipline. Travailler sous une enseigne peut sembler plus simple a priori pour celui ou celle qui redoute le grand saut dans l’inconnu. N’oubliez pas pour autant qu’il y a de nombreuses règles à respecter. Voici quelques bonnes questions à se poser pour savoir si vous êtes prêt à devenir un franchisé.

Un savoir-être et un savoir-faire : les questions à se poser 

Suis-je fait pour être chef d’entreprise ? Est-ce que mon environnement s’y prête ? L’assentiment des proches est indispensable pour soutenir son projet. Il est important également de considérer sa vie de famille. Cette activité prend du temps, surtout au départ.  Si j’ai des enfants en bas âge, aurai-je un soutien ? Le rythme de travail de mon conjoint s’accordera-t-il avec le mien ?

Suis-je fait pour devenir commerçant ? Il faut avoir du plaisir à servir les gens. Un sens de l’altruisme, de l’empathie, de la patience et de la diplomatie.

Suis-je fait pour devenir chef d’entreprise commerçant sous une enseigne ? Travailler sous une enseigne implique des contraintes et règles à respecter. Avant de s’engager, il s’agit d’être certain d’avoir la capacité et la volonté d’accepter le concept de l’enseigne à 100% même s’il reste possible de choisir son enseigne en fonction de son degré d’indépendance (ex. une coopérative ou une enseigne en phase de lancement, donc au fonctionnement plus souple…)

Travailler sous une enseigne nécessite trois principales formes de compétence :

1. Des notions de commerce. Par exemple, comprendre les concepts de merchandising ou de fidélité. Même si l’enseigne est aussi là pour former les franchisés.

2. Des notions de gestion. Il faut se familiariser avec les concepts de CA, de résultats, de dividendes, de marge, de plan de trésorerie... Même s’il est possible de se faire accompagner par des experts comptables.

3. Des capacités de management. Il s’agit là de la compétence la plus difficile à acquérir car l’enseigne ne peut être présente à tout moment de la journée pour aider le franchisé à manager son équipe.

Quelques chiffres à connaître

Il est intéressant de noter, qu’en France, selon l’enquête annuelle de la franchise de 2016 :
• L’âge moyen de la première ouverture en franchise est de 36 ans
• 6 franchisés sur 10 ont un niveau d’études équivalent ou supérieur à un bac +2
• 66% des franchisés sont des hommes et 34% des femmes
• 74% étaient salariés avant de devenir franchisés
• 49% sont installés dans des villes de moins de 25 000 habitants
• 76% des franchisés déclarent mieux résister à la crise qu’un commerçant isolé

Comment choisir sa franchise ?

Travailler sous une enseigne est tout autant un projet de vie qu’un projet professionnel. Son crédo pourrait se résumer à cette devise en anglais : « Freedom within a framework ».

On choisit son enseigne en fonction de cinq principaux critères :

1. Pour sa notoriété
2. Pour son savoir-faire
3. Pour se lancer dans une activité à laquelle on ne connaît rien et bénéficier d’une bonne filière d’approvisionnement
4. Pour rompre l’isolement du chef d’entreprise
5. Pour son potentiel d’emplacement

La jeunesse d’une enseigne accorde souvent davantage de liberté même si l’on essuie des plâtres.
De même, un réseau coopératif propose généralement un mode de gouvernance plus souple tandis qu’avec un réseau de franchise, le franchisé loue un concept clé en main. Il a dès lors moins besoin d’expertise dans le domaine choisi.

Quoi qu’il en soit, il faut étudier avec soin le contrat proposé pour être pleinement conscient du degré de liberté dont on dispose ainsi que du niveau d’accompagnement. Il faut également savoir que, dans un réseau de franchise français, le processus de décision, pour l’aval de la candidature par exemple, est généralement plus court qu’au sein d’un réseau international.

Avant toute prise de décision, mieux vaut discuter avec les franchisés de la marque qui vous intéresse pour se faire une opinion claire des plus et des moins. Encore mieux : faire l’expérience d’une immersion au sein de l’enseigne.

Si, après réflexion, vous êtes convaincu que le monde de la franchise est fait pour vous mais vous hésitez encore quant au domaine d’activité dans lequel vous lancer, sachez que la restauration rapide est un secteur en poupe en France. Plus de 186 réseaux aux modèles distinctifs se sont implantés sur le marché français et sont aujourd’hui à la recherche de franchisés.

Si cela vous donne envie d’explorer cette branche, le salon de la Franchise et celui de la restauration rapide ont lieu en mars chaque année. De quoi faire un premier pas dans cette belle aventure humaine.

Ce texte est publié sous la responsabilité de son auteur. Son contenu n’engage en aucun cas la rédaction des Echos de la franchise.


Crédits photo : Droits réservés

L'AUTEUR

Cédric Giacinti, Directeur France et Belgique de Subway®