Les réseaux de demain : des idées pour se lancer

2009-03-04T17:21:00+02:0004.03.2009, 


imprimer

Garagistes à domicile, restaurants participatifs, masseurs d’embouteillage… Imaginez de nouveaux concepts ! Quelques pistes à partir d’une étude de l’Ordre des experts-comptables.

Concepts d'avenir pour se lancer en réseau
Crédits photo : Getty Images
Les résultats de l'étude sur les marchés du futur 2008-2012 réalisée en juin 2008 par le Conseil supérieur de l’Ordre des experts-comptables.

Il y a 10 ans, les lecteurs mp3, la presse gratuite, la télé-réalité et les blogs n'existaient pas. De quoi seront faites les prochaines années ? A travers une étude sur les marchés du futur 2008-2012 réalisée en juin 2008, le Conseil supérieur de l'Ordre des experts-comptables a identifié dix tendances émergentes, parfois à partir de produits ou services déjà existants. Une bible à l'usage des créateurs d'entreprise !

Voir le blog "marchés du futur" de l'Ordre des experts-comptables.


L'écologie pérenne

Tout le monde a aujourd'hui pris conscience de l'importance des problématiques environnementales. Les marques et entreprises vont devoir s'engager davantage en matière de transparence et de traçabilité : les consommateurs veulent être acteurs en choisissant leurs achats en connaissance de cause.
Les produits et services à venir devraient donc se placer sous le signe du « durable » : des matériaux inusables, des packagings recyclables, des formations en savoir-vivre planétaire, des météorologues privés chargés d'anticiper les conséquences des bouleversements climatiques… Tous les secteurs sont concernés.


La « proxilité »

La proximité alliée à la facilité se transforme en « proxilité ». Il s'agit de redonner tout son sens à l'activité locale, pour compléter un service public parfois insuffisant et pour réduire les distances à parcourir, étant données les perspectives de hausse des coûts du carburant. L'objectif est de mêler intérêt individuel et intérêt collectif.
On pourrait ainsi assister à la naissance ou renaissance de métiers qui facilitent la vie des gens au quotidien : des porteurs de paquets pour faire ses courses, des conciergeries de quartier, des services de livraison parallèles, des garagistes à domicile… En clair, des services à la personne au sens large.


« Simply & less »

Après des années d' « hyperconsommation », les Français veulent aujourd'hui acheter plus sobrement, au nom de la « simplicité volontaire ». Avec la prise de conscience des enjeux de développement durable, ils souhaitent redonner du sens à leur acte d'achat.
Les consommateurs vont donc rechercher des produits repères, qui leur apportent une certaine sérénité : des magasins à produit unique ou gamme réduite, des design sobres mais élégants, des architectes d'intérieur zen, des organisateurs de séjours « sans téléphone » ou « sans ordinateur »… Attention toutefois à ne pas tomber dans le militantisme culpabilisateur : l'achat doit rester un plaisir !


L'immatériel

Une nouvelle relation avec les marques commence à s'établir, pour proposer aux consommateurs des produits avec une histoire et les fidéliser à travers des expériences inédites. L'idée est de rendre le luxe et l'art plus accessibles, pour que le client se sente valorisé par la marque, et non considéré comme un simple porte-monnaie.
Au-delà des arguments techniques, il va donc falloir vendre du rêve : des produits simples dessinés par des artistes reconnus, des agences en « surprise relationnelle » qui gèreront l'animation des marques et leur calendrier événementiel, des magasins éphémères, des agences culturelles pour assurer l'intermédiation entre la sphère artistique et les entreprises ou collectivités locales…


L'image de soi

La forte consommation de médias rend les personnes de plus en plus sensibles à leur propre image : l'exigence esthétique se renforce, pour soi comme pour les autres. Chacun va chercher à soigner son apparence pour maîtriser le message donné aux autres et se rassurer soi-même.
De nouveaux usages devraient donc se développer : des produits qui rendent plus jeune, plus beau, plus fort, des services santé-beauté à domicile ou en entreprise en mutualisant le déplacement auprès de plusieurs clients, des « final touchers » qui viendront parfaire les petits détails de vêtement ou de coiffure… Mais aussi du coaching pour apprendre à accepter son corps tel qu'il est.

Low cost

Avec la baisse généralisée du pouvoir d'achat, les consommateurs veulent acheter leurs produits à petits prix et près de chez eux pour réduire leurs déplacements. L'objectif est de gagner du temps et de l'argent dans son quotidien. Sur les produits de base notamment, rien ne sert de proposer 20 marques différentes !
Un florilège de magasins low cost devrait donc apparaître, via des petites surfaces spécialisées sur certains produits de base ou des grandes surfaces hyper simplifiées. Tous les domaines d'activité seront concernés à plus ou moins long terme : pommes de terre low cost, taxis low cost, cours d'anglais low cost, médecins low cost… Tout en maintenant qualité et fiabilité.


Générations solidaires

L'actuel vieillissement de la population, avec les départs en retraite des baby-boomers, nécessite de repenser les passerelles intergénérationnelles. Au-delà de la barrière de l'âge, les expériences professionnelles des seniors peuvent profiter aux jeunes actifs, à travers le transfert de compétences, voire le réemploi de retraités.
Cette nouvelle solidarité pourrait se traduire par des sites internet de plateforme d'échanges intergénérationnels, des agences d'intérim spécialisées dans l'emploi des seniors, des réseaux de baby-sitter âgés… Les seniors représentent également une cible de consommateurs spécifique et pas encore suffisamment reconnue : il faut leur proposer des produits et services qui correspondent à leurs besoins.


« Creator »

Après la personnalisation des produits (choix de coloris, de coques, de motifs…), les marques doivent aujourd'hui aller plus loin, vers la « conception assistée par le consommateur » : des outils de créativité mis à disposition du client pour créer ses propres produits. Les entreprises pourraient ainsi bénéficier de nouvelles idées, tout en valorisant et fidélisant leurs clients.
De nouveaux acteurs pourraient se développer sur ce créneau : des créateurs de logiciels de personnalisation, des coachs personnels d'expression artistique, des restaurants participatifs, des producteurs de films à écrire par des particuliers…


Objectif zéro stress !
Une tendance transversale émerge : entre inquiétude sur le pouvoir d’achat et environnement urbain stressant, les consommateurs sont en quête de relaxation et de réassurance. De nombreuses opportunités sont donc à chercher dans cette direction : des coachs de bien-être, des maîtres zen de file d’attente, des masseurs d’embouteillage… Le tout proposé grâce à des boutiques de proximité et à des tarifs compétitifs, évidemment !
L.J.

« Imagine ta ville »

Des villes trop encombrées, des modes de transports inadaptés, des habitations trop exigües… La vie urbaine souffre de manque d'espace et d'individualisme. Il faudrait donc développer le transport multimodal et inventer de nouveaux lieux de partage et de mixité.
Sur le plan architectural, les ensembles intégrant commerces, habitations et bureaux devraient se développer. Pour les transports, des solutions alternatives pourraient voir le jour : taxi-scooters, minibus à trajet fixe et détours variables payants, services complémentaires dans chaque type de station (gare, aéroport, gare routière)… De nouveaux lieux de vie pourraient également apparaître, où chacun pourrait à la fois se restaurer et discuter avec les uns et les autres.


L'éphémère

La relation aux objets et la notion de propriété évoluent. Certains produits sont très chers alors qu'ils sont peu utilisés, comme les vêtements d'enfants ou… les maisons de vacances ! Les possibilités de location, de troc ou d'achat-revente commencent à fleurir dans de nombreux domaines de consommation. La « propriété temporaire » des produits augmente en effet considérablement le pouvoir d'achat et le niveau de vie de chacun.
Si la location de DVD ou de voiture est déjà largement entrée dans les mœurs, la location de livres, de jouets pour enfants ou de scooters pourrait également se développer. Et demain, pourquoi ne pas louer des œuvres d'art, du mobilier ou des aides au bricolage ?