Distribution

Biomonde Solidarité : l’écologie tous terrains

2011-08-19T08:26:00+02:00

19.05.2009 mis à jour le 19.08.2011, 


imprimer

De la promotion des produits locaux à la défense d’un nouveau label en France, Biomonde Solidarité soutient le développement durable aussi bien localement que globalement.

Estelle Franchet
Crédits photo : DR
Estelle Franchet, directrice générale de Biomonde Solidarité

Un état d’esprit, qui requiert du travail

« Si, par définition, l’agriculture biologique ne peut être que durable, elle l’est d’autant plus dans le groupement Biomonde Solidarité. Chacun des adhérents possède en effet la liberté de choisir 40 % de ses références, et notamment des producteurs locaux, sans passer par la centrale d’achat. Dans ce cas, souvent un partenariat s’installe, comme pour les fruits et légumes. Le secteur de la viande est aussi en train de se structurer selon ce modèle. Cela crée des emplois au niveau local, pas seulement pour les agriculteurs ou les éleveurs, mais aussi pour les transformateurs », rappelle Estelle Franchet, directrice générale de Biomonde Solidarité, un groupement de 160 magasins indépendants distribuant des produits biologiques, partout en France.


Des idées en vrac

Le développement durable prend également vie à travers l’activité même du commerce. Dans les magasins du groupement, un travail particulier est réalisé sur la vente en vrac, qui réduit l’ensachage ainsi que l’usage de colle et d’étiquettes. Même si ce choix nécessite une veille importante sur l’hygiène, comme sur la traçabilité des produits. Autre axe : limiter les intermédiaires dans les livraisons. « Toutes les commandes sont directement livrées dans les points de vente, sans passer par une plate-forme. Et sans engendrer de surcoût, même pour une faible commande, tout en respectant les conditions de port minimales des fournisseurs », ajoute Estelle Franchet. De plus, le conseil d’administration de Biomonde Solidarité a instauré d’effectuer prioritairement les voyages en train, de privilégier l’email au papier dans la communication, et de préférer le papier recyclé à composants non nocifs, avec des encres végétales. Un employé du tertiaire produit en moyenne chaque année 120 à 130 kilos de déchets, constitués pour 70 à 85 % de papiers et de cartons (dont seulement un sixième est recyclé).


Une économie au service de l’homme (et non l’inverse !)

Biomonde Solidarité collabore avec la Fédération Nationale des Agriculteurs Bio et différents autres acteurs tels que transformateurs et distributeurs à la création d’un nouvel identifiant sur leur secteur. « Le logo AB disparaîtra au 1er janvier 2010, au profit d’un label européen impliquant une baisse de qualité dans les produits issus de l’agriculture biologique. Le label que nous voulons créer garantira par exemple le lien au sol des animaux, des agriculteurs réalisant 100 % de produits bio et l’absence totale d’OGM. Nous désirons être les gardiens d’une bio de qualité, en restant compétitifs sur les prix, mais pas à n’importe quel prix ! Le développement durable doit s’inscrire dans une performance globale, tant au niveau solidaire, qu’environnemental, sociétal ou économique. Avec cette démarche, l’économie est au service de l’homme, et non l’inverse ! », affirme Estelle Franchet.

 

Sommaire
Dans ce secteur
Liens vers cet article
Fiches pro APCE