Niveau 5

Entreprise verte, niveau 5 : très bon travail, félicitations du jury !

2009-12-02T17:15:00+02:00

02.12.2009, 


imprimer

A l’heure ou nous clôturons ce dossier, une étude du Centre d'étude de l'activité commerciale de l'Université de Ryerson a listé les 15 groupes les plus verts sur les différents continents. En France, Monoprix et Carrefour figurent parmi les enseignes citées.

les modèles
Crédits photo : Getty images
Monoprix et Carrefour accumulent innovations et plans d’action pour le moins ambitieux

Monoprix et Carrefour rivalisent de nouveautés

Utiliser les eaux

Au-delà de tout ce qui a été cité dans les échelons précédents, Monoprix et Carrefour accumulent innovations et plans d’action pour le moins ambitieux. Carrefour met en avant l’acheminement des marchandises par transport fluvial pour 3 de ses entrepôts. Une décision qui permet l’économie de 250 tonnes de CO2. Monoprix favorise la voie maritime pour les exports qui proviennent de pays hors Union Européenne. En 2008, 33 587m3 de marchandises ont circulé par les eaux, soit 44,5 % du volume total des importations.


Les rails comme autre alternative

Depuis 2005, 34 hypermarchés Carrefour du Sud-est et du Languedoc Roussillon sont livrés en rail-route. Ce qui représente une diminution de 1 000 camions sur les routes. Les magasins parisiens sont eux approvisionnés par une approche multimodale. Une navette ferroviaire prend en charge les produits stockés dans les entrepôts de banlieue. Ce train spécial parcourt une trentaine de kilomètres sur les rails de la ligne D du RER. Les marchandises sont ensuite chargées dans des camions roulant au Gaz Naturel.


Economie d’énergie

L’économie d’énergie se pose comme le postulat de base. D’un côté comme de l’autre, les magasins sont soumis à un régime énergétique sec. Passage de bacs surgelés ouverts à des rayonnages fermés par portes, mise en place de panneaux solaires sur le toit des établissements, géothermie, énergie recyclée… Les deux groupes rivalisent de nouveautés afin de rester à la pointe du développement durable.


Switcher : la responsabilisation des producteurs aux adhérents du réseau


Le modèle

Selon Jocelyne Leporatti, présidente de Génération Responsable, si l’on doit mettre une enseigne, Switcher s’impose comme une évidence. La marque suisse se développe en réseau et attend de ses partenaires qu’ils suivent son exemple et adhérent à sa vision des choses. La société prend ses responsabilités sociales et environnementales au sérieux. La chaine de responsabilisation commence dans les pays de production et s’étend à l’ensemble des collaborateurs, le tout dans un souci de transparence. A titre d’exemple, l’acheteur peut remonter toutes les étapes de son produit et en connaitre tous les intervenants, à partir d’un simple code sur une étiquette.
 

Sommaire
Fiches pro APCE