Monter son dossier

Business-plan et démarches administratives : les éléments à valider

2010-07-09T11:48:00+02:0009.07.2010, 


imprimer

Prêt à se jeter dans le grand bain de la franchise ? Avant de partir à l'aventure, il est primordial de se renseigner sur les démarches à accomplir pour monter un dossier solide. Tour d'horizon des principaux points à étudier.

Monter un dossier solide
Crédits photo : Shutterstock.com
Avant de partir à l'aventure, il est primordial de se renseigner sur les démarches à accomplir pour monter un dossier solide.

Coût de l’emplacement

Monter son dossier se révèle une étape capitale dans la vie d'un franchisé. Aucun aspect ne doit être négligé sous peine d’entraver son activité à court, moyen ou long terme. La priorité consiste à identifier les différents besoins financiers qui permettront de démarrer l’activité. Le premier poste de dépense concerne le local. Plusieurs options se présentent aux candidats : la reprise d'un local, la location-gérance ou l'achat des murs. Un choix qui doit être conforté par une étude de marché, afin d’établir un chiffre d’affaires prévisionnel de l'emplacement.


Dépenses liées à l’enseigne

Aux sommes liées à l'emplacement, s'ajoute le droit d'entrée exigé par le réseau de votre choix. Ce point est crucial. N'hésitez pas à demander au franchiseur ce que recouvre précisément cette somme. Généralement, la redevance initiale permet de jouir de l'enseigne et finance les frais engagés par le réseau pour le développement du concept. Le coût peut varier d'un réseau à l'autre. Tout dépend si les frais de formation sont inclus ou à part. Cependant, l'absence de droit d'entrée doit éveiller votre attention. Autre poste de dépense à prendre en considération au moment d'établir ses comptes : les redevances. Les prélèvements mensuels donnent accès à l'utilisation de l'enseigne, du concept, du savoir-faire... Cette « taxe » s'établit proportionnellement au chiffre d'affaires.


Calcul du BFR

Le Besoin en Fonds de Roulement (BFR) complète l'addition de départ. Indispensable, il permet de maintenir le niveau de trésorerie de l’entreprise, en prenant en compte les décalages entre encaissements et décaissements, particulièrement pénalisants pendant les premiers mois d’activité. Son calcul se fait avec l'aide d'un expert-comptable.


Réalisation du business plan

Tous ces éléments prennent vie dans le business plan. Il donne la ligne directrice du projet de création d'entreprise. Il se conçoit en plusieurs parties. Il doit comporter une présentation du franchisé, une description de l'enseigne, des éléments du marché afin de mesurer la rentabilité de l'entreprise ainsi qu'une partie chiffrée qui permet de mesurer la rentabilité du projet. Il revient au franchisé de le réaliser, avec l'aide d'un expert. Ce document lui sera demandé par le banquier.


Forme juridique et immatriculation

Les démarches administratives s'imposent comme la clé de voûte du projet. Avant toute chose, le candidat doit définir la forme juridique de son entreprise. Deux solutions s'offrent à lui : la création d'une entreprise individuelle ou celle d'une société. Au franchisé de choisir le format qui correspond le mieux à sa situation personnelle. Quoi qu'il en soit, ne prenez pas la décision seul. Rapprochez-vous d'experts, qui apporteront leur éclairage sur des points capitaux comme l'imposition et la protection sociale. Une fois toutes ces questions réglées, il faut immatriculer son entreprise. Soit en s'inscrivant auprès de la CCI de la ville, soit en faisant les démarches en ligne. Si votre choix s'est porté sur la création d'une société, il convient alors de rédiger ses statuts.