Indépendamment des banques

H. Affret (Socorec) : « Nous intervenons souvent dans des projets avec d’autres banquiers »

2009-05-13T14:55:00+02:0013.05.2009, 


imprimer

Garantie des emprunts, prêts directs aux adhérents, les groupements ont acquis une certaine indépendance vis-à-vis des banquiers. Les éclairages d'Hervé Affret, directeur général de Socorec.

Hervé Affret, Socorec
Crédits photo : Droits Réservés
Hervé Affret, directeur général de Socorec.

Ascenseur social pour les salariés des groupements

Solliciter un prêt de 30 000 € pour un projet en franchise dans les services à la personne n’est pas toujours aisé. Déposer une demande de financement pour un projet d’agrandissement d’un supermarché évalué à 20 millions l’est encore moins... Les groupements de commerçants indépendants ont depuis longtemps trouvé la parade : une société inter-groupement pour garantir les emprunts de ses adhérents. Socorec, créé par la Fédération des enseignes du commerce associé (FCA), facilite ainsi depuis 45 ans l’accès à des prêts bancaires, notamment en partenariat avec le Crédit Coopératif. La société financière développe aussi une activité de crédits directs au travers de toute une gamme de produits financiers. « On note actuellement une évolution, souligne Hervé Affret, directeur général de Socorec. Les porteurs de projet sont des salariés qui ont les compétences, mais pas les moyens financiers pour s’installer et nous intervenons souvent dans des projets en partage avec d’autres banquiers. »


Chiffres
86,3 % des entreprises ayant adhéré à un groupement (création ou reprise) sont toujours en activité cinq ans après, contre 46,5 % pour l’ensemble du commerce (source : FCA / INSEE). Soit un taux de survie deux fois supérieur à la moyenne du commerce !

  Certains besoins se comptent en millions d’euros

L’objectif est de couvrir toutes les étapes de développement de ces entreprises fonctionnant en coopérative : immobilier, équipement, BFR, fonds propres, transmission. « Nous avons financé 350 dossiers en 2008, soit en accordant un crédit - en moyenne 200 000 euros - soit en garantissant le prêt bancaire fait par le Crédit Coopératif - en moyenne 600 000 euros -. Les deux interventions peuvent être conjointes, sachant que certains besoins de financement peuvent dépasser plusieurs millions d’euros, » explique Hervé Affret.


Ouvert aux franchises et partenariats

A noter : depuis 1996, Socorec n’est plus uniquement réservée aux coopératives de commerçants. Elle a élargi ses activités à d’autres formes de commerce organisé comme les franchises et les partenariats. Une piste à ne pas négliger donc pour les entrepreneurs auxquels les banques réclament plus de garanties que par le passé.