Vidéo

T. Méli (Société Générale) : « Le plan de financement doit être équilibré entre les besoins et les ressources »

2013-04-08T11:48:00+02:0008.04.2013, 


imprimer

Avant de se lancer dans la création de son entreprise, un candidat à la franchise doit s’assurer que son plan de financement va lui permettre de mener son projet à terme. Interview vidéo de Thomas Méli, responsable de la prescription et de la franchise à la Société Générale.

Lors de la construction du plan de financement, trois approches peuvent être suivies :

  • Garantir la faisabilité du projet en adaptant ses besoins de financement aux ressources : autofinancement pour les besoins à court terme, prêt bancaire pour les autres postes.
  • S’assurer de la rentabilité de l’entreprise en évaluant le chiffre d’affaires et les charges. « Le budget prévisionnel et l’étude de marché doivent permettre de calibrer ses besoins en financement », souligne Thomas Méli, responsable de la prescription et de la franchise à la Société Générale.
  • Jouer la sécurité en établissant un plan de trésorerie précis qui permet de suivre l’évolution des charges tout au long de l’année.

Pré-requis personnels

Une fois que le plan de financement est délimité, l’entrepreneur peut solliciter les investisseurs ou les prêteurs. « Il y a deux sources de financement essentielles : les prêts d’honneur relatifs aux réseaux d’accompagnement et les prêts bancaires, qu’il s’agisse de crédit classique ou de crédit-bail », explique le spécialiste de la franchise à la Société générale.

Au-delà de la problématique purement financière, un paramètre plus personnel entre en ligne de compte dans la décision des banquiers. « Nous allons étudier l’adéquation entre l’entrepreneur et le projet en franchise, évaluer la situation personnelle et s’assurer de l’équilibre entre l’apport personnel et le prêt bancaire », souligne Thomas Méli. Ce qui suppose une transparence totale du créateur d’entreprise pour la réussite de son projet.

Vidéo tournée au Salon des Entrepreneurs de Paris 2013