Vidéo

T. Méli (Société Générale) : « La règle des 30 % d’apport personnel, 70 % d’emprunts n’est pas gravée dans le marbre »

2014-04-30T06:00:00+02:0030.04.2014, 


imprimer

Parmi les obstacles usuels à la création d’entreprise, le financement reste une question cruciale. Thomas Méli, responsable du pôle franchise à la Société Générale, donne quelques pistes pour franchir cette étape avec succès.

Le business plan, étape incontournable

Convaincre un partenaire bancaire de financer un projet de création d’entreprise passe souvent par la présentation d’un business plan béton. Pour y parvenir, le responsable du pôle franchise à la Société Générale, Thomas Méli, recommande de « bien comprendre quels sont les critères d’acceptation de dossier de financement d’une banque. » Sera jaugée, en particulier, l’adéquation entre la personnalité du porteur et son projet. « Il faut donc que le créateur ait des compétences relatives au marché qu’il souhaite investir. L’avantage de la création en franchise est que le franchiseur apporte une formation au futur franchisé. »

Côté ressources financières, la règle la plus courante est : 30 % d’apport personnel et 70 % de financements externes. « Mais cette règle n’est pas gravée dans le marbre, nuance Thomas Méli, car chaque porteur de projet est différent. »


Comment financer son projet de création ?

Pour financier son projet de  création d’entreprise en franchise, plusieurs sources de financement existent, parallèlement à l’emprunt bancaire. « Il y a par exemple ce que l’on appelle la « love money », qui consiste à faire appel à sa famille et ses amis pour qu’ils participent au capital de l’entreprise. Et puis, une autre source de financement est en train de se créer : le prêt participatif. Un peu chers, ce sont des prêts sans caution, sans garantie et qui ont forcément un taux plus élevé qu’un taux bancaire. Enfin, le crowdfounding intervient aussi dans la création d’entreprise », énumère le responsable franchise de la Société Générale.


La franchise, un « cadre rassurant »

A noter que le financement d’un projet de création est, en règle générale, facilité par la franchise. En effet, ce mode de création « permet de créer une entreprise dans un cadre rassurant, puisque l’enseigne aura déjà testé, rôdé son concept et dégagé une rentabilité sur son site pilote qui lui permet de le dupliquer auprès de franchisés », explique Thomas Méli. Autant d’arguments à l’appui du porteur de projet en recherche de financements.

Propos recueillis lors du Salon des Entrepreneurs de Paris 2014 par Mustafa Curlu (Widoobiz)