Portrait de franchisée

De salariée à franchisée : se faire accompagner pour mieux prendre son élan

2009-03-06T11:23:00+02:0006.03.2009, 


imprimer

En multipliant les sources de financement et en construisant patiemment son projet, Isabelle Duval, 28 ans, est devenue franchisée Fun Science, à Paris.

Isabelle Duval, Fun Sciences
Crédits photo : Fun Sciences
Isabelle Duval, franchisée Fun Sciences

Sans idée précise

Quand elle démissionne de son poste de responsable de production chez Nestlé fin 2006 pour créer sa boîte, Isabelle Duval n'a pas de projet précis en tête. « Je n'étais pas partie sur la franchise a priori. Jusqu'à ce que j'assiste à une conférence au Salon des Entrepreneurs où Louis Le Duff, fondateur de plusieurs enseignes (Brioche Dorée, Del Arte, Fournil de Pierre…), retraçait son parcours. Il a expliqué, en substance, que la franchise était une bonne formule pour développer une activité dans laquelle on n'a pas forcément d'expérience », raconte la jeune femme, formée à Centrale Lyon.


Un an de préparation

Convaincue, elle entame sa quête d'un réseau et tombe sur le site internet de Fun Science, une franchise espagnole spécialisée dans l'animation ludo-pédagogique. « C'était en adéquation avec ce que je cherchais, à savoir une activité de services dans laquelle je puisse apporter une réponse personnalisée aux clients, un environnement de travail ludique, avec une équipe à manager », déclare-t-elle. Le temps de rencontrer le représentant français de l'enseigne, de s'entretenir avec des franchisés, de réaliser son étude de marché, de bâtir son business plan, de rechercher les financements… Isabelle a travaillé pendant près d'un an sur son projet.


Sa franchise Fun Science en chiffres
Activité : ateliers et spectacles ludo-pédagogiques pour les enfants de 3 à 17 ans autour des sciences, de l’environnement et de la prévention. Prestations réalisées à la demande des écoles, centres de loisirs, comités d’entreprises, institutionnels…
Date de création : début 2008
Investissement total : 96 000 euros, dont 15 000 euros d’apport personnel, 20 000 euros de prêt d’honneur octroyé par l’association Paris Initiatives Entreprises, 7 000 euros de prêt à la création d’entreprise (PCE) et 54 000 euros de prêt bancaire.
Effectif : un permanant (20 heures par semaine) + des animateurs et comédiens embauchés à la prestation.
 


ACCRE et chèques-conseils

Pour mettre toutes les chances de réussite de son côté, elle a frappé à toutes les portes. « J'ai été accompagnée par une boutique de gestion grâce à l'ANPE. J'ai obtenu l'Accre ainsi que des chèques-conseils qui m'ont notamment permis de consulter un avocat. J'ai décroché un prêt d'honneur auprès de l'association Paris Initiatives Entreprises ainsi que le prêt à la création d'entreprise. Et Oséo a accepté de garantir mon prêt bancaire à hauteur de 50 % », détaille-t-elle. Elle est aussi épaulée par l'équipe d'experts de Paris Pionnières, un incubateur de services innovants réservé aux femmes, et hébergé dans leurs locaux mais malgré tous ces soutiens, Isabelle a mis plus de temps que prévu pour trouver ses premiers clients. « Nous avons honoré notre premier contrat six mois environ après l'ouverture », reconnaît-elle. La jeune femme se garde de tout pessimisme. Les retours clients sont en effet très positifs. Elle redouble d'efforts sur la prospection et jouit d'une exclusivité territoriale sur toute la capitale qui la met à l'abri de la concurrence.