Alternative à la franchise

Philosophie et fonctionnement du commerce associé

2011-02-21T16:20:00+02:0021.02.2011, 


imprimer

Autre mode d’entrepreneuriat en réseau, le commerce associé positionne tous les adhérents sur un pied d’égalité. Explications d’experts et témoignages d’entrepreneurs en groupements recueillis au 18e Salon des Entrepreneurs de Paris.


Crédits photo : Shutterstock.com

Le commerce associé représente à ce jour 27 % du commerce de détail, 140 enseignes, 29 000 entrepreneurs et 470 000 salariés. En adhérant à un groupement, l’entrepreneur indépendant bénéficie d’un concept « duplicable et transmissible », explique Eric Holzinger, directeur du groupement de bijoutiers Synalia. Pour ce faire, ils bénéficient d’une formation et d’un suivi régulier. Ce système rend le concept accessible à des entrepreneurs qui ne sont pas issus du métier. D’ailleurs, pour Jean-François Morinaux, directeur général de Passion Beauté, « moins on en connaît, mieux on réussit ».

Profil des associés
La moyenne d’âge des associés en groupement est d’environ 40 ans (homme et femme confondus ayant une expérience dans le domaine du commerce). 50 % des adhérents proviennent du réseau (en majorité d’anciens salariés), 25 % viennent de réseaux intégrés (ou succursalistes) et adhèrent par le biais du parrainage et 25 % viennent d’autres secteurs.


Une organisation horizontale

Contrairement à la franchise, qui fonctionne sur un mode vertical (un franchiseur qui prend des décisions s’appliquant à l’ensemble du réseau), les groupements procèdent de manière horizontale : « Ce sont des réseaux gérés par leurs membres eux-mêmes. Toutes les décisions importantes sont prises par l’ensemble des membres. Chaque associé possède une voix en assemblée générale. Tous les adhérents, y compris le président, sont des sociétaires », explique Alexandra Bouthelier, déléguée générale de la Fédération des enseignes du Commerce Associé (FCA). Dans ce type de réseau, « chacun définit les règles qui s’appliquent à lui-même », précise Eric Holzinger.

Apport financier au groupement
L’adhésion à un groupement s’effectue sous forme de bon de souscription. Tout au long de sa collaboration avec le groupement, l’adhérent s’acquitte de cotisations permettant au réseau de fonctionner. Lorsque l’associé souhaite quitter le groupement, il récupère l’intégralité de sa mise initiale.


Le partage au cœur du groupement

Le commerce associé est basé sur le « partage de moyens, d’expériences et de services », insiste Eric Holzinger. Les adhérents doivent donc savoir placer l’intérêt individuel au même niveau que l’intérêt collectif. Chaque entrepreneur est propriétaire à la fois de son magasin et d’une partie du réseau. Une double casquette pas toujours évidente à gérer selon Jean-Pierre Dry, associé et président de Passion Beauté : « Le sociétaire peut être amené, parfois, à prendre des décisions contraires à son intérêt personnel de commerçant indépendant. Il est important dès le départ de faire la part des choses entre le moyen ou le long terme (évolution de l’enseigne), et le court terme (réalisation de chiffre d’affaires en magasin). »


Illustration en vidéo

Interview croisée de Guy Leclerc, président de la Fédération du Commerce Associé (FCA) et de Jean-Pierre Dry, associé et président de Passion Beauté.


Retrouvez l’intégralité des vidéos et des conférences sur le site du Salon des Entrepreneurs.