Bilan

Les enseignes du commerce associé au-dessus de la moyenne

2018-01-19T06:00:00+02:0019.01.2018, 


imprimer

En bons élèves, les groupements et coopératives ont de nouveau surperformé en 2016, avec une croissance de leur chiffre d’affaires global de 2,3 % sur un an contre 0,9 % pour le commerce de détail.

Commerce associé 2016
Crédits photo : Shutterstock.com

Les chiffres sont tombés et corroborent ce que les professionnels du commerce associé prévoyaient il y a déjà plusieurs mois : les enseignes du commerce coopératif et associé ont fait mieux que le commerce de détail en 2016. L’Insee vient en effet de publier ses prévisions pour la Commission des comptes commerciaux de la Nation et estime que le commerce de détail a progressé de 0,9 % sur un an. Durant la même période, le commerce associé a quant à lui gagné 2,3 %. Soit des performances 2,5 fois plus élevées que la moyenne.


Surperformance depuis quinze ans

Ensemble, les enseignes représentées par la Fédération du commerce coopératif et associé (FCA) telles qu’Intermarché, Biocoop, Atol les Opticiens, Intersport ou encore Orpi ont réalisé 150,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Cela représente 7 % du PIB français, plus de 32 000 commerçants indépendants et près de 547 000 emplois. « Depuis une quinzaine d’années, nos performances sont supérieures à celles de notre marché de référence », souligne la fédération, qui justifie cette surperformance par le modèle du commerce associé lui-même. « Sur un marché bouleversé en permanence par une réglementation évolutive, le changement des habitudes de consommation et l’arrivée de nouveaux entrants, nous sommes des acteurs agiles, dynamiques et moteurs pour le commerce de détail », déclare Éric Plat, président de la FCA.


Le commerce associé, quel fonctionnement ?

Pour rappel, le commerce associé repose sur le principe selon lequel des entrepreneurs indépendants choisissent d’unir leurs forces au sein d’un même réseau et sous une même enseigne afin de créer des synergies et des économies d’échelle, notamment auprès des fournisseurs. « C’est l’illustration même du fameux adage selon lequel ensemble, nous sommes plus forts », ajoute Éric Plat. Contrairement à la franchise, il n’y a pas une tête de réseau au-dessus des franchisés, mais chaque membre est sociétaire à parts égales avec les autres, selon la règle « un homme égale une voix ». Les décisions sont donc prises collégialement et les retombées économiques du réseau sont redistribuées aux membres. « C’est aussi parce que nous n’avons qu’une poche à remplir, celle des sociétaires, que nous sommes un modèle robuste et flexible », conclut le président de la FCA.

A noter que les performances 2017 du commerce associé seront dévoilées comme chaque année au mois de mai.

Chiffres du commerce associé
Crédits photo : FCA
Le commerce associé en chiffres

Jennifer Matas