Conjoncture

Commerce associé : des patrons confiants malgré un climat tendu

2016-01-25T08:21:00+02:0025.01.2016, mis à jour le 25.01.2016,


imprimer

De nombreux commerçants indépendants organisés en groupement devraient à nouveau faire mieux que la moyenne de leur secteur en 2015. Mais plusieurs mesures sont venues fragiliser leur activité.

Climat du commerce associé
Crédits photo : Shutterstock.com

« Dans ce contexte d’insécurité juridique et d’absence de stabilité réglementaire, entreprendre en 2015 est presque devenu un acte militant !», assène Eric Plat, président de la Fédération du commerce coopératif (FCA) et PDG de la coopérative Atol les Opticiens. Selon lui, tous les indicateurs sont au vert, pourtant, plusieurs freins continuent de peser sur l’activité des commerçants indépendants.

Des performances au rendez-vous…

Si les chiffres définitifs de la croissance du commerce associé - enseignes organisées en groupements et coopératives comme Biocoop, Intermarché ou encore Sport 2000 - ne seront dévoilés par la FCA qu’au mois de mars, de premières estimations annoncent un bilan 2015 déjà satisfaisant : « un tiers des réseaux devrait connaître une croissance de plus de 2 % », expliquait la fédération dans un communiqué, le 11 janvier dernier. « L’année 2015 a été compliquée pour tout le monde », précise aux « Echos de la franchise » Alexandra Bouthelier, déléguée générale de la FCA,  « mais, globalement, elle n’a pas non plus été catastrophique : il est intéressant de noter que l’ensemble de nos dirigeants affichent, en général, des résultats au-dessus de la moyenne de leur marché. Preuve de la performance de notre modèle », ajoute-t-elle. Le commerce associé oscille en effet depuis plusieurs années entre 1 et 3 % de croissance.


Alexandra Bouthelier, FCA
Crédits photo : Droits réservés
Alexandra Bouthelier, déléguée générale de la FCA.


 

… mais une confiance relative

Des résultats qui confortent l'optimisme des commerçants indépendants : la grande majorité des enseignes ambitionnent d’ouvrir au moins cinq nouveaux points de vente en 2016 et de poursuivre leur développement. Un réseau sur quatre vise même les 20 créations cette année, toujours selon le baromètre de la FCA.

Ces perspectives de croissance encourageantes sont pourtant teintées de prudence. Si le projet de loi Macron visant la limitation de la durée des contrats est finalement passé à la trappe (relire : Machine arrière sur la loi Macron, coopératives et franchises respirent), d’autres mesures ont pesé sur le moral des dirigeants. « L’augmentation de la TASCOM, les contraintes sur les parkings, les projets de végétalisation des toits de magasins et toutes les problématiques ayant trait au fonctionnement des PME perturbent la stabilité du secteur », énumère Alexandra Bouthelier. « Le commerce représente 20 % du PIB français et est tout aussi délocalisable que l’industrie : il doit bénéficier de la même bienveillance », conclut Eric Plat.

Jennifer Matas