La franchise, une solution fiable et rapide pour créer son entreprise

2011-10-14T16:58:00+02:0014.10.2011, 


imprimer

Se lancer en franchise, un pari risqué que prennent chaque année près de 5 000 Français. De la reconversion professionnelle à la recherche de financement, le Salon des Micro-entreprises 2011 s’est penché sur cette forme d’entrepreneuriat. Compte-rendu de conférence.


Crédits photo : Shutterstock.com

La France est le pays européen le plus développé en matière de franchise, avec 1 477 réseaux qui comptabilisent 59 351 points de vente, et 47,89 milliards d’euros de chiffre d’affaires, ce qui représente 12 % du chiffre d’affaires du commerce de détail et des services en France.


85 % des franchisés toujours en activité au bout de 5 ans

Chaque année, entre 80 et 100 réseaux voient le jour, et près de 5 000 franchisés se lancent dans la création d’entreprise. La solidité de ce modèle entrepreneurial semble faire ses preuves, puisque « 85 % des franchisés sont toujours en activité 5 ans après l’ouverture de leur point de vente, quand 80 % des créateurs d’entreprises isolés ne passent pas cette barre des 5 ans », indique Christine Molin, responsable du pôle Franchise et Commerce Associé chez LCL. Un argument qui pèse auprès des banques et des futurs franchisés, et qui fait de la franchise une solution fiable pour créer son entreprise.


Donner un nouveau souffle à sa vie professionnelle

La franchise offre un excellent moyen de se reconvertir. Dominique Boutin, responsable franchise France chez Guy Degrenne, explique que la plupart de ses franchisés sont « d’anciens cadres voulant se mettre à leur compte, et changer de rythme de vie. » En 2010, 67 % des franchisés provenaient ainsi du salariat*. Les futurs entrepreneurs acquièrent leur légitimité grâce à la tête de réseau : « c’est la formation offerte par le franchiseur qui assure votre repositionnement professionnel », insiste Chantal Zimmer, déléguée générale de la Fédération française de la franchise. En échange d’un droit d’entrée, le franchiseur transmet son savoir-faire et fait bénéficier de son expérience au franchisé, ce qui facilite la rapidité de son installation. Nul besoin, donc, d’une expérience similaire dans son CV, puisque la formation initiale est obligatoirement suivie par le futur franchisé.


Des projets financés par les banques

Se lancer en franchise requiert un investissement financier important. En 2010, 80 % des franchisés* ont eu recours à un emprunt bancaire pour financer leur création en franchise. Aujourd’hui, la plupart des réseaux de franchise entretiennent des liens étroits avec les banques, qui sont de plus en plus familières avec ce système : « les banques ont bien intégré que la franchise était un moyen de reconversion professionnelle », précise Christine Molin. Les établissements financiers examineront surtout la solidité du réseau intégré par le futur franchisé. Pour cela, le DIP (document d’information précontractuelle) doit être étudié attentivement, et le retour d’expérience des autres franchisés pèsera également dans la balance. Un projet réaliste et réalisable, et un réseau ayant fait ses preuves, sont les deux conditions nécessaires à l’obtention d’un financement.
________________
*Source : Enquête annuelle 2010 sur la franchise, Banque Populaire, Fédération française de la franchise – REUSSIR L’Express-Le Figaro – CSA.

Camille Prigent