Le Cnam : se reconvertir grâce à un établissement d’enseignement supérieur

2015-03-02T07:06:00+02:0002.03.2015, 


imprimer

Grand établissement d’enseignement supérieur, le Conservatoire National des Arts et Métiers (Cnam) s’adresse aussi bien aux étudiants grâce à ses deux écoles, qu’aux chefs d’entreprise ou aux personnes à la recherche d’emploi, à travers Cnam entrepreneur(s) et les programmes Ardan. Un tremplin idéal pour se reconvertir.

Le Cnam
Crédits photo : Droits réservés

Historique

L’esprit d’entreprendre et sa promotion ne datent pas d’hier, le Cnam en est la preuve. Créé en 1794 par la Convention Nationale, sur proposition de l’Abbé Grégoire en vue de « perfectionner l’industrie nationale », il est issu de la pensée des Lumières de l’époque. L’idée était d’éclairer les ignorants et les plus pauvres sur le savoir scientifique et de tenter de faire naître un esprit de création. Dès 1852, le Cnam inaugure son premier laboratoire de recherche. En 1925, il accueille sa première promotion d’ingénieurs et devient en 1993 le premier établissement d’enseignement supérieur français, à disposer d’un site Internet.

Il poursuit aujourd’hui son objectif en proposant des conseils et formations à toute personne voulant entreprendre, à travers les « actions régionales pour le développement d’activités nouvelles » (Ardan), développées par « Cnam entrepreneur(s) », branche dédiée aux porteurs de projet.

Créé en 2000 sous l’appellation Centre national de l’entreprenariat (Cnam-CNE), Cnam entrepreneur(s) a pour ambition de « former des entrepreneurs compétents à même de développer des projets de développement, de création ou de reprise, dans les petites organisations », précise Jean-Claude Bouly, professeur au Cnam et directeur délégué de Cnam entrepreneur(s).


Membres

Le Conservatoire National des Arts et Métiers est présidé par Jean-Paul Herteman (président du directoire de Safran) et deux vice-présidentes. Il se compose également d’un conseil d’administration de 41 personnes dans lequel siègent, entre autres, la direction, 15 représentants extérieurs et 16 représentants de l’école dont des professeurs, du personnel d’administration et des directeurs de centres régionaux.

Le Cnam s’adresse à toutes les personnes désireuses de créer des petites structures, quel que soit leur âge.


Missions

A travers Cnam Entrepreneur(s), l’établissement se donne pour mission de proposer des formations (qualifiantes ou certifiantes) et des enseignements dans des domaines couvrant aussi bien la gestion des ressources humaines que les systèmes d’information, et ce, à tous les stades de l’entreprenariat. 17 formations (bilans ou certificats de compétences, titre professionnel, licence pro ou mastère spécialisé) sont ainsi disponibles pour connaître ses compétences entrepreneuriales, les développer ou les consolider.

Un autre volet du Cnam entrepreneur(s) s’intéresse à la recherche dans les sciences de gestion pour tenter d’identifier les bonnes pratiques et les innovations en marche dans le secteur.

Enfin, l’établissement défend une volonté de valorisation de l’esprit d’initiative par la diffusion du savoir. Il organise tous les ans un cycle de conférences-débats organisé dans le cadre du Cercle des Entrepreneurs du Futur et publie également des études sur le secteur de l’entreprenariat.


Apports

Disposant d’un réseau régional étendu d’Actions régionales pour le développement d’activités nouvelles (Ardan), le Cnam entrepreneur(s) est ouvert à tous les dirigeants d’une TPE, PME-PMI ou entreprise artisanale, et/ou à toutes les personnes en recherche d’activité professionnelle.

Les formations « Ardan développeur- repreneur » faisant se rencontrer chefs d’entreprise et pilotes de projet sont co-financées par les pouvoirs publics. L’entreprise doit s’acquitter pendant 6 mois d’une facture dont le montant se chiffre à 50 % de la rémunération brute de référence, convenue avec le pilote du projet (salaire minimum de 1 900 euros bruts). De son côté, le pilote de projet perçoit 70 % du salaire brut d’embauche négocié avec l’entreprise.

Le chef d’entreprise bénéficie de l’aide, des conseils et de l’accompagnement de professionnels de l’appui aux entreprises. Le pilote de projet intègre une entreprise, est rémunérée et reçoit un complément de formation théorique.

Ces stages de 6 mois sont bénéfiques aux deux parties qui profitent chacune de l’apport de l’autre. A l’issue du programme, le pilote de projet peut valider un certificat délivré par le Cnam « Entrepreneur de la petite entreprise » inscrit au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).

Cnam entrepreneur(s) en chiffres

- 857 porteurs de projets accompagnés en 2013
- Une moyenne d’âge des bénéficiaires de 34 ans
- Un réseau de centre de formations présent dans 20 régions et 3 départements d’Outre-Mer