Réseau

La franchise croque à belles dents le marché de l’alimentaire

2012-06-15T11:00:00+02:00

26.11.2009 mis à jour le 15.06.2012, 


imprimer

Boulangerie, vin, chocolat, épicerie, bio… Toutes les spécialités voient fleurir des réseaux. Mais face à la mutation de la demande, les enseignes historiques sont contraintes de faire évoluer leur offre : de la restauration est de plus en plus souvent proposée en complément de l’activité de base.

les spécialités
Crédits photo : Getty images
Le secteur du pain sort bien son épingle du jeu dans un contexte de tassement de la consommation.

Fournil

Les réseaux de boulangeries et de terminaux de cuissons sont les champions de la franchise. La consommation de pain a reculé de 7 % durant les 5 dernières années1 mais les réseaux de franchise se portent très bien. Si le Pétrin Ribeïrou ne s’est guère développé depuis 2008, Moulin de Païou et le jeune réseau Céréa prévoient respectivement 6 et 4 ouvertures en 2012. Les développements les plus affirmés se trouvent du côté des terminaux de cuisson : avec 13 nouvelles implantations en prévues, La Mie Câline dépassera les 200 unités cette année.

L’enseigne Paul, poids lourd du secteur, joue sur l’innovation pour rajeunir son réseau : dans le courant 2012, des bornes de commandes tactiles seront déployées dans les gares, le service de livraison Paul Express sera étendu et une application de géolocalisation des points de vente sera disponible sur smartphones. Aussi, une tendance se dessine ces dix dernières années, avec une offre complémentaire de restauration rapide en boulangerie. Créé en 2008, Le Fournil Saint Nicolas, réseau de terminaux de cuisson, témoigne de ce choix avec une offre variée en produits tels que des sandwiches, des salades ou des gammes traiteur. Le Fournil des Provinces emploie aussi la même stratégie.


Cave

Les enseignes de caves à vin affichent leur ambition et misent sur la qualité pour conserver leur clientèle. Repris par la maison Richard, Inter Caves a atteint 123 unités sous contrat de partenariat et prévoit 20 nouvelles ouvertures en 2012. Cavavin compte de son côté plus de 120 unités en franchise. Avec plus de vingt ans d’ancienneté, ces deux enseignes misent sur un relooking de leurs magasins. Les petits poucets du marché jouent la carte de l’originalité pour faire leur place sur le marché. Vinomania et V & B misent sur des bars à vins avec une offre de restauration. Les Domaines Qui Montent, avec quatre ouvertures de prévues pour l’année, vont plus loin dans le concept. En plus de commercialiser vins et produits régionaux, des formations et dégustations de vins sont organisées. Avec une table d’hôtes placée au milieu des produits en vente, la boutique peut être privatisée pour des évènements professionnels ou festifs le temps d’une soirée. Proximité, conseils, et qualité de l’offre sont ainsi réunis.


Chocolatiers

Les Français sont les cinquièmes plus gros consommateurs de chocolat au monde. Selon le Syndicat du chocolat, 15 % du chocolat consommé en France est acheté chez les détaillants spécialisés, en boulangeries et autres commerces de proximité. « Les Français apprécient le chocolat en gourmets », constate Florence Pradier, secrétaire générale du Syndicat du chocolat. Une aubaine pour les enseignes de chocolaterie qui misent sur le haut de gamme. Comme la plupart des grands groupes du secteur, le géant belge Leonidas joue sur ce terrain et la croissance s’annonce au rendez-vous : le réseau de 345 points de vente en France maintient son rythme annuel de 20 ouvertures en 2012 et prévoit pour la première fois un développement en succursale avec 10 nouvelles boutiques. Chocolats Roland Reauté, doublant son objectif de croissance, et Jeff de Bruges tablent eux aussi sur une vingtaine d’implantations en 2012. Le réseau De Neuville n’est pas en reste et compte ouvrir 15 unités.

________
1 Source : INCA2, Etude Individuelle Nationale des Consommations Alimentaires


Spécialités

De nouveaux concepts fleurissent du côté des spécialités alimentaires. Lepanierpaysan.com, réseau proposant la livraison à domicile de fruits et légumes, engage enfin une croissance de ses points de vente après une année 2011 décevante. L’enseigne prévoit 11 implantations en 2012. Avec le lancement de son nouveau concept de magasin où l’on peut déguster cafés, thés et chocolats, Coffea se développe rapidement et recherche activement 40 nouveaux franchisés d’ici 2014. Le réseau comptait 23 unités en franchise en 2011 et souhaite en ouvrir 8 autres cette année. Feel Juice a lui aussi su développer son concept de bar à jus de fruits. L’enseigne prévoit 7 ouvertures pour passer à 20 unités franchisées en 2012, puis 25 en 2013. Les spécialités régionales continuent leur progression, notamment Pêchés Gourmands qui a ouvert 5 points de vente l’année précédente.


Panier

Le vert est la couleur à la mode et la consommation de produits bios affiche une croissance appréciable pour les enseignes de 10 % par an2. Biocoop, coopérative créée en 1987, a essaimé partout dans l’Hexagone. Le réseau a franchi la barre des 325 points de vente en 2011 et entend bien poursuivre son expansion tout au long de l’année 2012 avec 40 ouvertures prévues. Son objectif est d’atteindre 500 magasins dans les 4 ans. La Vie Claire affiche elle aussi son optimisme avec plus de 160 boutiques à son actif et une vingtaine à venir cette année. De son côté, la coopérative Biomonde continue son expansion depuis sa création en 2008, avec un réseau de plus de 153 adhérents début 2011. L’heure est toutefois au renforcement et à l’optimisation des chaînes logistiques des enseignes : Biocoop mise sur l’informatisation des systèmes, avec un logiciel de gestion des entrepôts, quand La Vie Claire triple la surface de sa plate-forme logistique en 2011 pour appuyer son développement. Le marché du bio approchant à maturité, le fonctionnement en réseau demeure un avantage certain sur les petits indépendants isolés qui ne disposent pas les mêmes moyens pour mutualiser les coûts.



Cornet

Le marché de la glace n’enregistre pas de croissance exceptionnelle en 2011, conséquence d’une météo peu favorable. Le géant du secteur, Häagen-Dazs, subit une érosion de son parc avec cinq unités franchisées de moins en France. L’année 2012 devrait toutefois être plus clémente, avec une douzaine d’ouvertures prévues pour le glacier américain. L’innovation ne boude pas le secteur : Kokoa, et son concept modulable de vente de glace à la plage ou en ville, signe un nouveau design chic. L’enseigne annonce dans la foulée sa volonté d’ouvrir 50 points de vente dans les 5 prochaines années. La Compagnie des Glaces, émanation du fabricant savoyard Glace des Alpes, s’est lancée en 2008 en jouant la carte « premium ». Le réseau compte d’ores et déjà 14 unités intégralement en franchise et s’est fixé un objectif de 5 à 10 ouvertures en 2012, pour atteindre à terme 50 à 60 magasins maximum en France. Le concept de glace à l’italienne Amorino, apparu en 2002, continue à essaimer en France ainsi qu’à l’étranger : 25 nouvelles boutiques devraient voir le jour en 2012, dont une dizaine sur le territoire national.

__________
2 Source : Agence Bio

Sommaire
Dans ce secteur
Fiches pro APCE