Dossier

Coiffure Esthétique : la franchise, mode privilégié pour créer son entreprise

2011-11-15T17:00:00+02:00

11.08.2009 mis à jour le 15.11.2011, 


imprimer

Un tiers des entrepreneurs en institut de beauté sont franchisés et les salons de coiffure pèsent 30 % du chiffre d'affaires de la franchise. Le point sur les opportunités de création sur ce secteur.


Crédits photo : Getty Images

Le bien-être restant un excellent moyen de lutter contre le stress, le secteur de l’esthétique-coiffure est, actuellement, épargné par la chute du pouvoir d’achat des consommateurs. Concept rôdé, formations régulières, gamme de produits et innovations permanentes dans le service : le franchiseur apporte au créateur d’un institut de beauté ou d’un salon de coiffure toute l’expertise nécessaire dans un secteur d’activité où fidéliser le client est un enjeu majeur.

Cet accompagnement s’avère également déterminant pour assurer une rentabilité rapide de ces centres de profit. Ainsi, dans la franchise, la coiffure atteint 10 % du nombre de points de vente, emploie 5 à 6 salariés, contre 2,9 pour les indépendants, et surtout représente entre 25 et 30 % du chiffre d’affaires total de la profession ! L’activité dans l’esthétique est, quant elle, boostée par l’arrivée de nouveaux clients : les hommes et les seniors.

En raison de l’engouement suscité, les réseaux de franchise se montrent particulièrement sélectifs dans leur recrutement de créateurs d’entreprise indépendants. Plus qu’un grand sens de l’écoute du client, il faut faire preuve d’un sens commercial aigu et de qualités de recruteur. En outre, dans la plupart des réseaux, il faut être détenteur d’un brevet professionnel pour devenir franchisé en coiffure. Ce qui n’est pas le cas pour les instituts de beauté.

Dossier écrit en 2009 par Ophélie Colas des Francs, remis à jour en 2011 par Fabrice Michelier

Sommaire
Dans ce secteur
Liens vers cet article
Fiches pro APCE