S'engager avec un réseau

Ouvrir une franchise : comment choisir une enseigne

2011-08-03T08:00:00+02:0015.03.2010, mis à jour le 03.08.2011,


imprimer

Quand il s'agit d'engager des sommes importantes d'argent, mais aussi l'équilibre familial ou personnel, le coup de coeur sur une enseigne ne suffit pas. Quelques conseils pour bien choisir son réseau.

Choisir une enseigne en franchise
Crédits photo : Shutterstock.com
Pour cadrer sa démarche, il est recommandé de déterminer 2 ou 3 secteurs d'activité pour lesquels le candidat éprouve un certain attrait.

Surtout, pas de précipitation !

Il faut généralement compter au moins six mois pour mener à terme un projet de création d'entreprise en franchise. Pour cadrer sa démarche, il est recommandé de déterminer 2 ou 3 secteurs d'activité pour lesquels le candidat éprouve un certain attrait : on ne fait bien que ce que l'on aime. Mais attention : si le système de la franchise permet à des néophytes d'exercer un tout nouveau métier, certaines professions nécessitent un diplôme spécifique, comme la coiffure et l'optique, ou impliquent une connaissance préalable du secteur, comme l'informatique. Il faut également tenir compte de son budget, car les droits d'entrée et le coût du local peuvent beaucoup varier selon les activités.


> Sélectionner des enseignes

Une fois le secteur choisi, reste à identifier le réseau le plus adapté au projet du candidat entrepreneur. Le plus simple est de commencer par consulter la presse spécialisée et les sites Internet dédiés à la franchise, afin de réaliser une première sélection d'enseignes. Là encore, mieux vaut se limiter à 2 ou 3 réseaux par secteurs d'activité. Avant tout, il convient de s'assurer que chaque concept répond à un besoin réel du marché : la franchise doit être la réitération d'un succès avéré. Un réseau doit avoir ouvert au moins 2 « unités pilotes », détenues en propre et bénéficiaires depuis plus de deux ans. Il est préférable que ces points de vente soient situés sur différents types d'implantation (région parisienne et province, par exemple), pour s'assurer de la reproductibilité du concept. Il importe aussi de vérifier, sur le site de l'Inpi par exemple, que le nom de l'enseigne appartient bien au franchiseur. L'adhésion à une fédération est généralement un gage de sérieux. L'ancienneté de l'enseigne peut également être un critère de choix. En effet, un jeune réseau disposera d'une moindre notoriété et d'un concept moins abouti qu'un réseau mature, mais proposera souvent des conditions financières avantageuses et une plus grande liberté à ses premières recrues. A chacun de déterminer s'il préfère participer à une aventure qui démarre ou s'il privilégie la sécurité d'une enseigne établie.


> Rencontrer les réseaux

Rien ne remplace la rencontre. L'idéal est de se rendre sur les salons professionnels - tels que Franchise Expo Paris - pour observer les différents concepts dans un cadre objectif. C'est notamment l'occasion de se renseigner sur les modalités de transmission du savoir-faire de chaque enseigne : existence d'un manuel opératoire, que le candidat peut demander à feuilleter, durée de la formation initiale - 35 jours en moyenne (*) selon les franchiseurs -, nombre de formateurs, possibilité de formation continue pour le franchisé et ses collaborateurs, accompagnement proposé tout au long du contrat...

Les salons professionnels permettent aussi d'avoir un premier contact avec les franchiseurs et leurs équipes et de sentir si « le courant passe ». Car la franchise est d'abord une aventure humaine : avant de s'engager sur des contrats de cinq à sept ans renouvelables, mieux vaut être sûr de bien s'entendre ! L'étape suivante consiste à déposer formellement un dossier de candidature auprès des enseignes. Un long processus de sélection commence (lire encadré), pour vérifier si le candidat correspond aux besoins du réseau. Ces entretiens permettent au candidat d'approfondir certains points et de conforter ses impressions.


> Mener l'enquête

Minimum vingt jours avant la signature du contrat, le candidat reçoit un DIP - document d'information précontractuel -, qu'il doit lire attentivement, de préférence avec l'aide d'un spécialiste - expert-comptable et/ou avocat. Il est également très conseillé de prendre contact avec les franchisés du réseau pour évaluer l'apport réel du franchiseur au quotidien : communication interne et externe, outils informatiques, assistance juridique, fiscale, sociale... Les franchisés en place sont généralement de bons indicateurs. Ils ont tout intérêt à jouer la carte de l'honnêteté, pour que le recrutement s'oriente vers des profils adaptés et bénéficie à l'ensemble du réseau. Cette initiative est souvent encouragée par les franchiseurs eux-mêmes, qui la considèrent comme une marque de motivation du candidat. A l'issue de ces démarches, il doit être possible de se déterminer pour une enseigne. Reste à étudier les conditions de financement et les modalités du contrat proposé, avant de pouvoir, enfin, créer son entreprise en réseau.


 (*) Source : Résultats 2010 de l'enquête annuelle sur la franchise Banque Populaire-FFF-Réussir- « L'Express » « Le Figaro »-CSA.


De la candidature à l'ouverture
Avant un rendez-vous, chaque enseigne demande aux candidats de remplir un dossier de candidature, renseignant ses données financières, son parcours personnel et professionnel, la participation éventuelle du conjoint au projet, etc. Ce premier filtre doit déboucher sur un entretien téléphonique puis sur un ou plusieurs entretien(s) de visu au siège du franchiseur. Le candidat peut alors être convié à participer à une journée découverte en point de vente, ce qui lui permet d'appréhender le métier et tester sa motivation. Enfin, la candidature peut parfois être soumise à un comité de validation ou d'agrément, composé de 5 ou 6 personnes : le responsable du développement, le dirigeant, l'animateur, le responsable de secteur, le responsable formation, le franchisé qui a accueilli le candidat lors de son stage d'immersion... Cette concertation vise à limiter les risques d'erreur de recrutement.