Réseaux et cession

Y. Portrat (CRA) : « Les entreprises reprises en réseau ont deux fois plus de chance de survie »

2009-05-06T17:00:00+02:0006.05.2009, 


imprimer

Responsable de la transmission en réseau au sein de Cédants et Repreneurs d’Affaires (CRA), Yves Portrat nous explique pourquoi la transmission d’entreprises en réseaux est plus difficile à conclure, tout en restant plus sûre pour les repreneurs.

Yves Portrat, CRA
Crédits photo : Droits réservés
Yves Portrat est le responsable de la transmission d'entreprises en réseau au sein de l’association Cédants et Repreneurs d’Affaires (CRA).

En quoi la transmission d’entreprises en réseau est-elle différente de la transmission entre indépendants ?
La transmission d’une entreprise est un exercice difficile en soi car il implique des blocages potentiels d’ordre financier et psychologique. Aussi bien pour le cédant que pour le repreneur. C’est pourquoi le CRA forme les repreneurs comme les cédants et les conseille dans leurs démarches. Dans le cas de cessions d’entreprises en réseau, la situation est beaucoup plus compliquée, car elle introduit une troisième variable : la tête de réseau. En effet, le contrat avec un réseau engage une personne - et non une entreprise - avec une enseigne. Le contrat n’est donc pas cessible et le candidat repreneur doit non seulement convaincre le cédant mais aussi renégocier un contrat avec la tête de réseau. L’entente tripartite est donc plus laborieuse mais une fois l’entreprise cédée, elle a plus de chance de survie qu’une entreprise indépendante. En effet, nous avons observé qu’en 2006, si le taux d’échec d’entreprises indépendantes transmises avait atteint environ 25 %, il était situé entre 10 et 15 % pour les entreprises en réseau car les entrepreneurs sont plus soutenus au sein d’un réseau qu’en étant seuls.


Le CRA en chiffres
L’association Cédants et Repreneurs d’Affaires est composée de 190 délégués bénévoles. L’objectif de ces anciens dirigeants arrivés à l’âge de la retraite est de fluidifier la transmission des PME et des PMI ayant entre 5 et 100 employés. Le CRA possède un fichier de 1 500 candidats à la reprise d’entreprise, ce qui lui permet de finaliser environ 400 affaires par an.

Comment accompagnez-vous la transmission d’affaires en réseau ?
Chaque année, le CRA traite environ une centaine d’affaires de transmission d’entreprises en réseau. Auparavant, notre rôle se limitait à la sélection des repreneurs potentiels et au rapprochement avec les cédants. Afin de fluidifier la transmission en réseau et d’éviter les conflits entre têtes de réseau, repreneurs potentiels et cédants franchisés, le CRA propose aujourd’hui une intermédiation entre les trois parties. Chaque affaire est ainsi suivie par un délégué « tête de réseau », un délégué « repreneur » et un délégué « cédant ».
L’association a également mis en place des partenariats et des accords avec les têtes de réseaux garantissant l’exactitude des informations fournies par le franchiseur et transmises au candidat à la reprise. Le CRA s’engage donc aux côtés du repreneur et s’appuie sur un réseau d’experts pour le conseiller tout en garantissant l’intérêt du franchiseur pour faire en sorte qu’un terrain d’entente soit trouvé et que le franchisé ne revende pas son local aux enseignes concurrentes.

 

Liens vers cet article