Un Dimanche à Paris se lance en franchise à Dubaï

2018-09-25T12:09:00+02:0025.09.2018, 


imprimer

Chic, élégant, raffiné, à la fois restaurant, boutique et atelier-école dans une décoration typiquement parisienne - grosses pierres et baies vitrées - en plein cœur du 6ème arrondissement de Paris...Le concept store de 800 m2 dédié à la cuisine, pâtisserie et chocolat baptisé "Un Dimanche à Paris" est né il y a 7 ans fondé par Pierre Cluizel. Aujourd'hui, l'entrepreneur se lance en franchise à l'international. Rencontre avec cet ancien élève HEC, fils du célèbre chocolatier Michel Cluizel et petit-fils de pâtissier.


Crédits photo : shutterstock.com

 

Du projet à l'ouverture

« La chance, les opportunités, j’y crois beaucoup. Quand on sait où l’on va, ce que l’on veut construire, les retours se font plus facilement, naturellement… » nous confie Pierre Cluizel.

Son histoire, il la doit aux rencontres et à la transmission d'un savoir-faire, des éléments d'ailleurs essentiels en franchise. A la fin de ses études en école de commerce, le futur entrepreneur devient chargé du développement commercial, marketing et international de la chocolaterie familiale normande (la Manufacture Cluizel).

En 2008, Pierre Cluizel va faire la rencontre d'un ancien ami qui termine un Executive MBA à HEC, et en vante les mérites. Conquis par cette formation, l’entrepreneur se lance lui aussi.

Pendant son MBA, il réactive un rêve professionnel, affine son concept, aidé de ses professeurs et porté par les échanges entre élèves venus de tous les horizons. Quelques mois plus tard, le créateur, déterminé et amoureux du chocolat, de la gastronomie et de l’élégance de la belle capitale, va se consacrer complètement à son projet d’entreprise.

Pierre décide alors de vendre ses parts de l’entreprise familiale et se lance dans la création d'entreprise en février 2010 pour ouvrir ‘Un Dimanche à Paris’ en novembre. Le chef d’entreprise construit tout son projet avec pour objectif de se développer dans les capitales étrangères.

Toutes les femmes venues des quatre coins du monde s’extasient devant la Parisienne, cette personnalité élégante, raffinée, qui aime la haute couture et les salons de thé. « Quand j’ai créé Un Dimanche à Paris, j’ai cherché à lui donner cette touche d’élégance typiquement parisienne. Il faut savoir que le chocolat comme la pâtisserie est acheté principalement par les femmes, beaucoup plus que par les messieurs » souligne Pierre Cluizel.

Le chocolat et la pâtisserie : élégants et séduisants avant tout

"Tous les jours de la semaine se ressemblent. Sauf le dimanche : le rythme est plus lent, on récure les corps et les esprits". Jacques Renaud.

Une citation qui rappelle l'adresse de l’établissement de Pierre Cluizel, qui propose à la fois un restaurant premium, un salon de thé haut de gamme et un atelier-école – le tout dans le joli quartier de Saint-Germain-des-Prés à Paris. Déclinaisons de plats, chocolat, macarons, pâtisseries…les saveurs sont nombreuses à déguster.

Et les Français aiment le chocolat, le marché se porte bien, avec une consommation de 381 900 tonnes de chocolat en 2016, pour un chiffre d’affaires total de 3,48 milliards d’euros, selon le Syndicat du chocolat. Le marché de la pâtisserie est encore plus créatif.

Pour la petite histoire, le chocolat a été introduit en France en 1615 lors du mariage de Louis XIII et Anne d’Autriche à Bayonne. Anne arriva à la cour avec ses servantes expertes dans la préparation du chocolat. A l’époque, cet aliment était considéré comme raviveur de beauté et antidépresseur.

La stratégie de la princesse et le choix de la franchise

"Heureux chocolat, qui après avoir couru le monde, à travers le sourire des femmes, trouve la mort dans un baiser savoureux et fondant de leur bouche." Anthelme Brillat-Savarin.

« Dans mon inspiration, j’avais envie de transmettre à l'étranger, au travers d'Un Dimanche à Paris, la façon dont la parisienne vit, il me semble qu’à l’étranger, elle a une aura particulière de par son élégance, ses attitudes raffinées, son goût pour la haute couture… », nous explique Pierre Cluizel qui lance son concept en franchise internationale.

Fin 2018, le dirigeant d’entreprise concrétisera son projet à l’étranger sous forme de franchise internationale, à travers sa stratégie qu’il a baptisée ‘stratégie de la princesse’ : créer un vaisseau amiral (une marque forte et son univers dans un lieu important et différenciant) pour ‘séduire’ investisseurs et partenaires étrangers. ‘Un Dimanche à Paris’ ouvrira un Café-Restaurant premium (breakfast, lunch, salon de thé, dîner) sur 560 m2, dont une grande terrasse, en front de mer du tout nouveau grand complexe de Dubaï baptisé « Blue Waters », un projet prévu en ouverture le 31 octobre prochain.

En choisissant de lancer son concept en franchise internationale, après 7 ans et demi d’activité, Pierre Cluizel voit la franchise comme une opportunité de partenariat pour un développement solide et rapide à l’étranger.

« Je ne vais pas chercher une master franchise », explique Pierre Cluizel qui voit la relation privilégiée avec le franchisé comme le point essentiel pour la pérennité de l'entreprise. « J’ai été sourcé plusieurs fois mais j’ai pris ma décision en novembre 2016, en rencontrant l’investisseur qui a compris l’ADN d'Un Dimanche à Paris et les attentes d'un marché comme Dubaï ».

Dubaï est une ville et un émirat des Émirats arabes, réputé pour son goût du luxe et son architecture ultramoderne. Pour s’adapter à ce public cosmopolite, exigeant et fin gourmet, Pierre Cluizel a choisi soigneusement celui qui représentera son marché - le franchisé est issu du milieu de la restauration toutes gammes confondues et a une réelle maîtrise des codes des Emirats. Dans l’offre premium que Pierre Cluizel proposera à ses clients internationaux, la place de la pâtisserie et du chocolat dépassera les codes habituels d’un restaurant classique, notamment en petits déjeuners et salon de thé.

« Le principal c’est finalement d’adapter son offre tout en gardant son ADN. C’est sur le concept, l’architecture, le design, la culture de vie du pays qu’il faut travailler tout en gardant la noblesse de la gastronomie et l’élégance à la française » conclut Pierre Cluizel, l'entrepreneur passionné.

Cyndie GUEZ, Le Parisien.fr, le 21/08/2018