Nouveau concept

La Savonnerie de Nyons, un Petit Poucet français qui grandit à l’export

2016-07-01T07:54:00+02:0001.07.2016, mis à jour le 01.07.2016,


imprimer

Née en février 2012 dans la Drôme, cette entreprise spécialisée dans la vente de savons aux produits et formes atypiques commence à se faire une place à l’international. Ambitieuse, l’enseigne devrait se lancer prochainement en franchise.

Savonnerie de Nyons en franchise
Crédits photo : Droits réservés
Erwan Allée, fondateur et dirigeant de la Savonnerie de Nyons.

C’est dans la Drôme provençale, et plus précisément dans la zone artisanale des Laurons qu’a été créée la Savonnerie de Nyons début 2012. L’originalité de cette enseigne : fabriquer des savons de toutes couleurs et de toutes formes, ensuite emballés dans des boîtes métalliques au design rappelant les réclames d’antan et illustrées par un artiste-peintre local.

Une présence internationale

Ce savoir-faire artisanal et cette origine provençale séduisent aussi bien les consommateurs français qu’internationaux. Alors que la société fabriquait 30 tonnes de savons par an en 2013, elle en produit aujourd’hui 120 tonnes pour satisfaire une demande toujours croissante. Le chiffre d’affaires de l’entreprise est ainsi passé de 130 000 euros en 2013 à 1,4 million estimés en 2016, et pourrait atteindre les 1,8 million d’euros d’ici 2018, selon l’enseigne. Cette croissance est principalement tirée par le succès rencontré par les savons de Nyons à l’étranger. L'entreprise nyonsaise vient notamment de remporter plusieurs contrats importants avec des distributeurs belges (groupe DI), hongrois, autrichiens ou encore japonais (groupe Nihon Grande Champagne CO LTD).

Aujourd’hui exportée dans plus de 40 pays partout dans le monde, la marque réalise 60 % de son chiffre d’affaires global à l’export. « Nous avons l’ambition de conforter notre développement à l’export mais aussi de développer de nouvelles gammes de produits cosmétiques », explique Erwan Allée, fondateur et dirigeant de la société.


Entrée en Bourse

Pour accélérer le déploiement de la marque en France comme à l’international, il a fallu faire entrer de nouveaux investisseurs afin de booster le capital. « La bourse est un bon moyen de lever des fonds, vous savez qu’aujourd’hui le concours bancaire n’est pas facile : cautions, garanties… », confie le dirigeant. Annoncée depuis fin 2015, l’entrée en Bourse de la Savonnerie de Nyons s’est effectuée le 25 mai 2016, sur le marché libre d’Euronext Paris. Cinq jours après son introduction, l’entreprise était valorisée 3,3 millions d’euros et le titre était passé de 13,30 euros à 14,75 euros. Une bonne opération de communication, également, car avec la cotation en Bourse, la Savonnerie de Nyons a fait son entrée dans la cour des grands. « Cette opération a boosté notre notoriété avec des retombées dans plus de 50 médias. Depuis, le téléphone ne cesse de sonner et cela se ressent déjà au niveau du carnet de commandes », ajoute Erwan Allée.


Prochaine étape, la franchise ?

La recherche de nouveaux partenaires financiers ne devrait pas seulement contribuer à l’expansion internationale de la marque, qui a un second plan en tête : la franchise. La Savonnerie de Nyons espère en effet financer rapidement l’ouverture de boutiques en propre afin d’asseoir sa notoriété et lancer son concept en franchise. L’objectif : s’assurer une présence forte rapidement.

Jennifer Matas