La cession d’une franchise beauté-santé : comment ça marche ?

2018-07-09T16:26:00+02:0009.07.2018, mis à jour le 09.07.2018,


imprimer

La cession d'une franchise beauté-santé se déroule de la même façon que la vente d'une société, d'un magasin ou toute autre affaire commerciale. Avant toute chose, y compris décider d'un prix de vente, il faut réaliser un état des lieux exhaustif : mobilier, immobilier, produits (vente et stock), personnel, ainsi que toutes les charges financières (hors déficit éventuel) : loyers, amortissements, charges, débits, remboursements de crédits...Voici la marche à suivre pour céder sa franchise beauté-santé.


Crédits photo : shutterstock.com

Comment réussir la vente de sa franchise beauté-santé ?

Après avoir fait un état des lieux rapide de votre franchise, il faudra déterminer un prix de vente et bien étudier objectivement les spécificités de l'entreprise et de son emplacement, au travers du prisme du concept imposé par le réseau beauté-santé du franchiseur :

• Personnel : nombre de salariés, qualification, ancienneté, départs prévus ;
• Profil de la clientèle : pouvoir d'achat, panier moyen, taille de la zone de chalandise, moyenne d'âge ;
• Praticité du lieu de vente : présence d’un parking, existence d’un accès handicapé, jours et horaires d'ouverture, présence de commerces complémentaires ou attractifs (par exemple être situé près d’une boulangerie ou d’un tabac-presse) ;
• Aménagement du lieu : mobilier, superficie, existence d’une réserve, volume, état des sols, des murs, respect des normes (électricité, sécurité, etc.) ;
• Type de bail : possibilité de changement d’activité, bail uniquement commercial ou mixte (commercial et habitation).

Les points négatifs feront baisser le prix de vente : droit au bail élevé, stock important de produits ou encore manque d'accessibilité à la réserve. A l'inverse, un magasin en excellent état et sain en terme de ressources humaines (pas de procédure en cours par exemple) permettent de s'aligner sur les prix de vente du marché, voire de les dépasser.

Pour affiner l'estimation de ce prix de vente, il faut également tenir compte de la rentabilité de la franchise, du chiffre d'affaires, du déficit ou des bénéfices dégagés par l'entreprise en franchise, de la possible évolution de la clientèle et des tarifs de la concurrence directe.

Cession d'une franchise beauté-santé : quid du repreneur ?

La relation de confiance qui existe entre un franchiseur et un franchisé est matérialisée par la clause "Intuitu Personae" du contrat de franchise. Cette clause d'agrément est généralement accompagnée d'un droit de préemption qui oblige, à prix de vente semblable, le cédant à vendre son entreprise au réseau du franchiseur.

Si on ajoute à cela le fait que le franchisé, même s'il est propriétaire des produits en magasin, n'est pas propriétaire de la marque, il semble évident que le repreneur doit avoir les faveurs du franchiseur pour que la vente de la franchise beauté-santé se concrétise.

Si les repreneurs de la franchise sont membres du personnel ou déjà franchisés de la même enseigne, ils auront plus de chance d'avoir l'aval rapide du franchiseur qui convient de son intérêt à confier la reprise de la franchise à une personne ayant la connaissance du réseau et du concept. Par contre, les chefs d'entreprises extérieurs et les proches de l'actuel franchisé se situent autant dans le domaine de la création d'entreprise que dans la démarche de reprise d'une franchise. Ce sont des inconnus pour le franchiseur et ils devront prouver leur aptitude à faire vivre une franchise beauté-santé.

Le franchiseur peut se positionner comme repreneur de l'entreprise en tant que succursale si l'emplacement est exceptionnel et les bénéfices conséquents.

Cession de franchise beauté-santé, combien ça coûte au repreneur ?

Outre le prix de vente convenu entre le franchisé et le repreneur, le franchiseur peut exiger du repreneur des fonds pour la reprise d'une franchise beauté-santé. Ce montant (similaire à un droit d’accès au réseau) dépendra essentiellement de la relation que le repreneur va établir avec le franchiseur car elle peut fait l'objet d'une négociation qui tiendra compte des investissements que le franchiseur devra renouveler : conseils, formation, publicité, suivi...