Tribune libre

Entreprendre dans le secteur de l’intérim et du recrutement : quelles perspectives ?

2018-02-01T09:18:00+02:0001.02.2018, 


imprimer

L’activité d’une agence d’intérim consiste à répondre aux besoins en recrutement des entreprises locales en les mettant en relation avec les talents présents sur le marché. Quelles sont les perspectives pour se lancer en franchise dans le secteur de l’intérim et du recrutement ? L'analyse d'Alexandre Pham, Co-Président du groupe Alphyr. 

La force des agences d’intérim est de pouvoir répondre à la fois aux attentes des grandes entreprises comme des PME locales ainsi qu’aux demandeurs d’emploi qu’ils soient ouvriers, employés ou cadres. Depuis 2005, les agences d’emploi peuvent également effectuer des recrutements en CDD et en CDI.

Recrut
Crédits photo : shutterstock.com

Un secteur en pleine croissance

Le secteur de l’intérim pèse 24 milliards d’euros en France en 2016 et bénéficie d’une forte croissance (+8,6% en moyenne sur l’année à fin octobre 2017)*. Avec une tendance de fond à la flexibilisation des formes de l’emploi, il confirme son statut de secteur propice à l’entrepreneuriat et offre de belles perspectives de réussites.

Au quotidien, il s’agit d’un métier source de grande satisfaction de par la dimension « acteur local de l’emploi » qu’elle confère à son dirigeant. En effet, pour une part importante des intérimaires, les missions d’intérim représentent une opportunité d’insertion sur le marché du travail. Pour les entreprises, le recours à cette forme souple d’emploi offre une flexibilité indispensable pour gérer de manière réactive les fluctuations de la demande.

Polyvalence et sens de l’humain exigés pour s’épanouir dans le secteur

Si la dimension recrutement du métier peut s’acquérir aisément via des formations et l’expérience, le porteur de projet doit disposer d’une forte appétence commerciale pour réussir. Il doit également « aimer les gens », candidats et clients qu’il sera amené à côtoyer quotidiennement. Enfin il doit faire preuve d’une rigueur à toute épreuve dans la gestion de son agence.

En somme, le métier requiert une grande polyvalence ainsi qu’une forte vivacité d’esprit. Ces aspects contribuent à faire de ce métier un métier de passion et une opportunité de reconversion unique pour les personnes qui peuvent se reconnaître dans ce profil.

Quel investissement ? Quelle rentabilité ?

L’investissement varie en fonction de différents paramètres notamment la présence ou non d’un pas de porte dans l’agence qui va impacter le prix des charges. On constate un investissement aux environs de 70 000 euros pour une ouverture.

Ensuite, le succès d’une agence d’intérim est fortement lié à l’implication, aux qualités intrinsèques et à la connaissance de l’environnement local de son dirigeant qui pourra répondre aux exigences de réactivité et d’engagement de son client.

A ce titre, le chef d’entreprise peut viser des chiffres d’affaires avoisinant les 2 millions d’euros de CA dès la deuxième année pour des marges brutes variant entre 15 et 30%.

Se lancer grâce à un réseau de franchise ?

Le porteur de projet souhaitant se lancer dans la création d’une agence d’intérim peut se demander s’il est opportun ou non d’être accompagné par un réseau de franchise. Un besoin de soutien en matière de gestion d’entreprise, la volonté de bénéficier d’outils performants et de l’expérience d’un concept éprouvé, peuvent dans ce cas constituer des motifs valables pour faire appel à un franchiseur. Toutefois, c’est l’envie d’appartenir à un réseau, de faire partie d’un groupe qui va réellement être déterminante. Si la personne a plutôt un profil de « loup solitaire »,  alors il faudra qu’elle se tourne vers d’autres solutions, un accompagnement plus classique à la création d’entreprise par exemple.

Si le nouveau chef d’entreprise décide de faire appel à une franchise, il devra incontournablement rencontrer les franchiseurs et s’assurer de pouvoir établir une véritable relation de confiance avec eux. Il doit également vérifier que le concept s’appuie sur un savoir-faire réel et privilégier un acteur sensible aux évolutions digitales puisque - si le secteur est longtemps resté à l’écart de l’innovation - il a entamé une phase de transformation depuis plus d’un an.

*Source : chiffres du Prism’Emploi, association des professionnels du travail temporaire.

Ce texte est publié sous la responsabilité de son auteur. Son contenu n’engage en aucun cas la rédaction des Echos de la franchise.

 


Crédits photo : Crédits photo : Droits réservés

L'auteur

Alexandre Pham est Co-Président du groupe Alphyr.